Paatos - Breathing

10/11/2011

Par Renaud Besse Bourdier

Label: Glassville Records

Site: www.paatos.com

Après un break de deux ans, Paatos revient avec un cinquième album considéré par le groupe comme une « renaissance en une entité plus mature ». Le résultat ? Un joli Breathing, composé de douze morceaux dépassant rarement les cinq minutes, pour une atmosphère un poil plus teintée et mélancolique que sur leur précédentes sorties.

Cette nouvelle couleur a pour avantage de mettre en avant les cordes vocales très impressionnantes de Petronella Nettermalm, très à l’aise dans des sonorités proches d’une Anneke Van Giesbergen (à l’époque où elle était encore chanteuse pour The Gathering), mais également de Katie Melua dans le timbre ; ses prouesses sur « No More Rollercoaster » et le jeu d’harmonies enchanteresses sur le morceau éponyme en sont les plus belles preuves. En plus d’un chant irréprochable, Paatos réussit à varier les plaisirs sur un disque de cinquante minutes, entre sombre ballades aux nappes envoûtantes (notamment « Fading Out » dont le son en phaser en perturbera plus d’un lors de l’écoute au casque, et « Smartan », sorte de virée sur le fleuve des mélancolies), doux post-rock minimaliste (« In That Room ») et rock and roll dépouillé et métallique, avec une basse omniprésente et dominatrice (« Gone », « Over and Out »).

Mais c’est en touchant à cette dernière catégorie que Paatos se brûle les ailes ; tous les passages rythmées et les montées en puissance sur Breathing ne délivrent pas assez de piquant. A cause d’une absence d’énergie chronique, toutes les variations et les jeux d’intensité manquent le coche. Résultat, on finit par s’ennuyer et se lasser des efforts du groupe à vouloir imiter le Gathering de la belle époque.

Dommage, car les mélodies que Paatos délivre et les sentiments qu’elles procurent sont indéniables ; Breathing reste un bon album malgré son manque de pêche avéré. Si c’est celui de la renaissance, on peut espérer qu’avec le prochain, Paatos saura combler ses défauts.