IQ - The Wake - Live At De Boerderij

07/01/2011

Par Jean-Philippe Haas

Label: Giant Electric Pea

Site:

Pour fêter dignement le vingt-cinquième anniversaire de The Wake, IQ a vu les choses en grand avec la réédition de l’album de 1985 dans un joli coffret de quatre disques, quelques concerts durant lesquels sont interprétés les sept titres originaux, et la sortie d’une paire CD et DVD de l’un de ces spectacles, The Wake – Live At De Boerderij, enregistré en juin 2010 aux Pays-Bas.

La formation 2010 est bien différente de celle qui a donné naissance à la version studio voilà un quart de siècle, car si Paul Cook a fini par revenir au bercail après une petite pause, la basse de Tim Esau n’est plus qu’un lointain souvenir tandis que les claviers, tenus jusqu’en 2007 par Martin Orford, sont ici l’œuvre du (déjà ex) nouveau venu Mark Westworth qui fait par ailleurs un quasi sans faute sur les parties écrites par son illustre prédécesseur.

IQ rend un hommage tout à fait sage à l’album qui l’a révélé, ne se permet que très peu de variations par rapport aux titres originaux, si ce n’est une introduction inédite, et quelques clins d’œil par ci par là, comme dans le final de « Corners », où l’on peut entendre le début de « The Last Human Gateway » (Tales From the Lush Attic).

Le DVD bénéficie d’une réalisation sobre mais de qualité, sans fioritures inutiles. Le rappel, qui comprend « Infernal Chorus » et « Failsafe » (Subterranea) ainsi que « The Darkest Hour » (Ever) donne l’occasion à Peter Nichols de revêtir quelques déguisements et offre un meilleur aperçu du public venu se tasser dans cette petite salle chaleureuse.

Ce digipack est censé être le complément du coffret anniversaire et s’y glisser sans effort. On aurait apprécié que The Wake – Live en fasse partie intégrante, en lieu et place du matériel dispensable. A l’instar de Twelfth Night, IQ profite ainsi de la qualité de son back catalogue pour renflouer les caisses à moindre frais. En ces temps de disette, on peut l’accepter tant le produit est de qualité, bien que la perspective d’un nouvel album des Britanniques eût été plus réjouissante.