Nosound - Afterthoughts

10/09/2013

Par Florent Canepa

Label: KScope

Site: www.nosound.net

Nosound est un peu le groupe qui fait office de challenger au sein de l’écurie Kscope. Comme si le transfert transalpin avait jusqu’ici proposé un panel inspiré sans pour autant jouir du charisme et de l’assise d’autres maîtres du genre, côté anglais. Nosound suit pourtant son homme de chemin et l’homme c’est Giancarlo Erra, le grand artisan d’une équipe qui s’étoffe.

Tout est enveloppant car l’oeuvre propose d’irriguer un terrain atmosphérique doux, presque relaxant, en tempo lent la plupart du temps. De la gageure de ne pas se retrouver non plus estampillé musique de fond… Arpèges bâtis en contrepoint de contrebasse, soli clinquants culminant avec goût, piano électronique sombre, l’Italien sait se parer des atours heureux qui flattent le genre. On finit par oublier un chant un peu (beaucoup) atone qui frustrera les amateurs de lyrisme. Vous aurez aussi en guise cadeau progressif un titre solide chanté en Italien qui s’achève comme une incantation (« Paralysed »).

Nosound, paradoxalement, c’est un atmosphérique froid, qui rappelle plus les engelures de Katatonia que l’orange du Pineapple Thief. On y relit des oeuvres solitaires d’un Steven Wilson du Porcupine Tree naissant. Le nébuleux « I miss the ground » et son addition de cymbales ne parvient pas pourtant pas encore à asseoir sa puissance post rock. Le désespoir des titres est parfois tellement lancinant (« She »), qu’on plonge dans quelque chose qui frôle la darkwave.

Mais alors, on touche peut être du doigt un mélange de genres stimulant, à la croisée de KScope et 4AD. Anathema rencontre This Mortal Coil. De là à dire que cette jonction musicale est parfaitement exécutée il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas encore tout à fait. Comme la femme sur la pochette, nous attendons, en espérant ne pas nous retrouver in fine face à un mur.