Anasazi - Playing Ordinary People

10/05/2011

Par Dan Tordjman

Label: Autoproduction

Site: www.anasazi-prog.com

Et si l’une des surprises de 2011 venait tout droit de l’Hexagone ? Ce trio grenoblois n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà plusieurs albums au compteur et frappe un grand coup avec ce Playing Ordinary People. Premier fait marquant : le chant en anglais de Mathieu Madani est propre et crédible, pas de mauvaise surprise de prononciation notamment. Détail anodin pour certains, mais pour d’autres c’est une première étape pour apprivoiser un disque made in France .

Musicalement la couleur globale – glauque à souhait, miam ! – incite l’auditeur à voyager entre rock progressif et metal. Pari réussi : Anasazi pioche dans divers univers et rares sont les groupes de cette catégorie capables de digérer facilement leurs influences. L’esprit de Porcupine Tree plane sur « Jeopardize » ou « This Ain’t Over; », tandis que « What’s Left Behind », à l’introduction acérée rappelle Tool ou OSI. Deux perles ressortent à l’usage : « Shine A Light » aux relents d’Anathema et « Stranger to Myself » dont l’atmosphère renvoie au travail d’Arjen Lucassen sur Guilt Machine. Un pêle-mêle pour le moins éclectique au milieu duquel la voix de Mathieu Madani fait mouche. On reprochera, puisqu’il faut pinailler un peu, un cousinage peu dérangeant avec Claudio Sanchez (Coheed & Cambria). Les lignes de chant sont travaillées, et l’on sent l’attention qui y a été portée.

Sans pour autant être un monstre d’originalité (ah, cette satanée figure imposée qu’est le pavé de quinze minutes !), Playing Ordinary People n’en demeure pas moins une franche réussite qui s’apprécie après plusieurs écoutes. Il s’inscrit dans cette lignée de groupes progressifs actuels préfèrant mettre l’accent sur les ambiances et les sonorités avant-gardistes là où d’autres s’attardent sur le coté mathématique et la complexité. Bénéficiant d’une production énorme, notamment concernant les guitares, ce disque est également très cohérent, même si chaque titre possède sa propre force et sa propre identité. De quoi mettre l’eau à la bouche et donner envie de suivre de près Anasazi. De plus, l’album est disponible gratuitement sur le site du groupe. Quand on dit que l’audace, ça paye !