Solstice - Spirit

09/06/2010

Par Jean-Philippe Haas

Label: Festival Music

Site:

Après avoir été rééditée dans son intégralité par Festival Music ces derniers mois, la discographie de ce groupe méconnu, issu du même moule et de la même époque que Pendragon et compagnie, vient s’étoffer d’un tout nouveau disque après un très long silence. Bien que séparé de son prédécesseur par une belle poignée d’années, Spirit en reprend méthodiquement toutes les caractéristiques. Outre ses accents folk portés par le violon de Jenny Newman, Solstice pioche autant du côté de Yes, de Renaissance, que du néo progressif des années quatre-vingt. Confortable, sans aspérité, vaguement hippie, « Solomon’s Bridge » installe une douce torpeur entretenue par des voix féminines, à peine interrompue, bien plus tard, par le groove jazzy de  « Flight » et son final presque métallique. Ainsi, ça et là, de rares sursauts viennent redonner un peu de dynamisme à cet ensemble essentiellement cotonneux. L’album s’achève comme il a débuté, dans un océan de volupté, sur lequel la guitare pose quelques frêles esquifs. Le DVD fourni en bonus présente un concert filmé en 2009. Ni l’image ni le montage ne sont extraordinaires, mais un son très honorable et une prestation sans faute feront passer un bon moment à quiconque cautionne la musique du groupe d’Andy Glass. L’occasion de redécouvrir sur scène une partie du répertoire des Britanniques et d’entendre la plupart des titres de Spirit dans des versions légèrement différentes. Un nouvel épisode qui continuera de faire rêver ceux qui, dès les premières heures du groupe, sont tombés sous le charme de cette musique évanescente. De chercheurs de quiétude en disciples du New Age, il pourra même attirer quelques nouveaux curieux.