Dead Western - Suckle at the Supple Teats of Time

05/05/2010

Par Jérémy Bernadou

Label: Discorporate Records

Site:

Dead Western, c’est avant tout une voix. Une voix incroyablement grave, monotone et désabusée (« A Father Ain’t a Man »), et plutôt bien intégrée à l’ensemble. Imaginez le registre actuel de Scott Walker, une ou deux octaves plus bas… Bref, le chant de Troy Mighty est un élément qui leur permet de se distinguer clairement de toute cette scène folk habituelle. D’un autre côté, cette « marque de fabrique » va en rebuter plus d’un au premier abord : funeste et ténébreux à l’excès, presque caricatural, ce timbre déroute autant qu’il impressionne.

Musicalement tout est très dépouillé, avec une guitare tout en arpèges qui domine souvent les hostilités, à la manière de Richard Youngs. Ceci dit, les dédoublements vocaux sont fréquents (« The Old Man Go ») et ajoutent un aspect encore plus caverneux à ce disque décidément très particulier. « A Song to Calm the Minds » porte bien son nom avec un final lugubre agrémenté de field recordings, loin d’être optimiste. Inutile donc de chercher un semblant de joie de vivre dans ce concentré de noirceur. Même les (rares) accords majeurs semblent venir d’outre-tombe…

Cet aspect n’est cependant pas aussi pesant que ce qu’il laisse croire. On ne peut pas dire que le disque soit « varié », mais c’est justement de son homogénéité qu’il tire toute sa force. La production très soignée donne l’impression que ce Suckle at the Supple Teats of Time est passé à travers un filtre sépia, comme si le temps s’était arrêté. Derrière des choix musicaux assez simples pour la plupart, la mixture de Dead Western parvient à créer un univers pour le moins étrange et souterrain. Rien d’exceptionnel donc, mais cette esthétique possède un « je ne sais quoi » d’attachant.