Lazuli - Six Frenchmen in Amsterdam

05/04/2010

Par Christophe Gigon

Label: Rpmp éclats

Site:

Filmé par et pour Fab Channel, fameuse Web TV qui a dû cesser ses activités il y a peu, ce premier enregistrement vidéo d’un des groupes français les plus originaux du moment achèvera de convaincre les rares sceptiques ! En moins de temps qu’il n’en faut aux Flower Kings pour développer un seul titre, la messe est dite pour la formation du sud de l’Hexagone : les neuf titres musicaux issus de leur mince discographie (trois albums) suffiront à clouer le bec à la poignée de détracteurs récalcitrants.

Sans revenir sur l’originalité des instruments exploités par la folle équipe, Lazuli propose à l’amateur éclairé autre chose qu’un ramassis de clichés éculés. A cet égard, leur reprise dantesque du cultissime « Capitaine coeur de miel » de l’Ange national laisse pantois. L’énergie primale que livrent ces musiciens, couplée à des arrangements dorés à l’or fin, forment cette charpente devenue une véritable marque de fabrique, leur écrin magique…qui pourrait bien se transformer en tombeau si ces jeunes prodiges ne veillent pas à ne pas se laisser enfermer dans une formule qu’ils ont pourtant eux-mêmes inventée. Et c’est bien là le seul reproche qui pourrait être adressé à cette relève de choc : les compositions, aussi efficaces soient-elles, auraient tendance à être difficilement discernables les unes des autres pour le mélomane novice. Mais n’est-ce pas là, peu ou prou, le propre de tout artiste à l’identité marquée ?

Si le temps qui leur était imparti (moins d’une heure) avec un public loin de leur être acquis (Lazuli ouvrait alors pour Riverside) aurait pu rendre ce concert froid et expéditif, ce fut assurément le contraire : l’auditoire hollandais eut tôt fait de constater qu’une telle prestation fait office de véritable ovni dans un monde progressif volontiers campé sur ses postures instrumentales habituelles (soli de claviers et de guitare surabondants, chant maniéré, cassures rythmiques, etc.).

Foin de tout cela avec l’équipe menée par les deux frères Leonetti : une musique venue de nulle part, aux carrefours de la world music et du rock progressif même si l’influence des travaux du sorcier de Bath, Peter Gabriel, reste prégnante. En attendant la prochaine offrande de la nouvelle formation du Lazuli Mark II, les curieux auront tôt fait de se jeter sur ce DVD avant même d’en finir avec ce (trop) long éloge. Encore là ?