Projeto B - A Viagem de Villa-Lobos

10/02/2010

Par Jérémy Bernadou

Label: Selo SESC SP

Site:

Le précédent album, A Noite, était déjà d’une fraîcheur et d’une musicalité incroyables. Cette formation brésilienne piétine avec bonheur de nombreuses plates-bandes : à cheval entre jazz et musique contemporaine, sans pour autant oublier un certain aspect Rock in Opposition mêlé de musique traditionnelle… Alors qu’un tel bric-à-brac pourrait facilement être synonyme d’indigestion, les membres de Projeto B se sont toujours appliqués à produire une mixture cohérente et soignée.

Cette nouvelle sortie ne déroge pas à la règle. Le concept a le mérite d’être ambitieux : l’album est un hommage au compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos. Un parti-pris relativement logique, tant le personnage était lui-même déjà en son temps à la croisée des genres, et ce d’autant plus que le groupe s’était déjà livré à l’exercice de la reprise de titres classiques. En effet, sur les précédents disques, Igor Stravinsky et Charles Ives avaient déjà servi de cobayes pour des résultats très enthousiasmants.

C’est donc l’habileté de cette formation à trouver l’équilibre parmi des influences très diverses qui impressionne : passer d’une mélodie innocente et colorée à des interventions free jazz est monnaie courante tout au long de ce « voyage ». Les cuivres, souvent en avant, sont efficaces dans tous les registres, sur l’apaisant « Choros N°5 – « Alma Brasileira » » par exemple, qui rappellerait presque une version brésilienne des compositions de Sophia Domancich. Les nuances ont visiblement une importance capitale dans la musique de Projeto B, vu l’envergure du travail d’orchestration et d’interprétation, et tant chaque musicien parvient à s’imprégner de sa partition. L’introduction de « Estudos para violão N°12 e N°8 » prouve d’ailleurs à quel point chaque détail peut être soigné, notamment au niveau des dialogues entre les instruments.

L’illusion est frappante, d’autant que le disque se conclut par trois compositions originales qui forment un tout véritablement cohérent avec les titres de Villa-Lobos. L’hypnotique « Ouvido » apparaît d’ailleurs comme un des sommets du disque. La mise en forme n’est finalement pas si éloignée de ce que propose l’Emile Parisien Quartet, pour ce mélange d’audace et de finesse. De plus, cet album prend la forme d’un superbe livre agrémenté de dessins en noir et blanc, support idéal à la musique proposée ici. Projeto B sait soigner ses auditeurs, et nul doute que les prochaines sorties de ces artistes sont à surveiller de très près.