Simak Dialog - Demi Masa

12/08/2009

Par Jérémy Bernadou

Label: Moonjune Records

Site:

Après seize ans d’existence, les Indonésiens proposent ce cinquième album dont la formule du précédent disque Patahan reste sensiblement la même : la mixture du groupe, entre jazz fusion et folklore du bout du monde, cherche avant tout à dépayser l’auditeur en mal de voyages sonores. Le Fender Rhodes de Riza Arshad (principal compositeur) est toujours autant présent, mais c’est surtout au piano acoustique qu’il reste le plus convaincant (le réussi « Karuhun »).

Les percussions traditionnelles apportent également une intéressante coloration à l’ensemble et tranchent avec l’habituelle batterie. C’est là l’un des principaux atouts du quintette qui lui permet d’apporter une certaine dynamique aux titres et dont l’interprétation sort de l’ordinaire : Simak Dialog gagne en efficacité lorsque l’influence leur folklore prend les devants, avec notamment « Salilana Kedua » qui déploie une certaine fraîcheur avec ses chants et ses rythmes de premier plan.

En revanche, l’auditeur peut être rapidement submergé d’une overdose de jazz fusion hyper « conventionnel » et de l’utilisation parfois trop exagérée du Rhodes, alors que la formation recèle d’excellents jokers. Pour exemple la suite « Trah Lor » qui se démarque par une première partie interprétée dans l’urgence, au mélange savoureux de contrepoints audacieux et d’une rythmique soutenue. La suite expérimente un certain traitement sonore en jouant avec la stéréo pour un résultat aussi déstabilisant qu’efficace.

Ainsi, c’est lorsque leur propos gagne en concision que les musiciens deviennent plus percutants et qu’ils prouvent leur potentiel. Les moments de bravoure restent malheureusement rares car même si les nuances sont présentes, c’est le souvenir d’un flot musical continu qui subsiste. Les alternances de soli du Rhodes et de la guitare électrique (« Salilana Pertama ») prennent trop d’importance et diluent les bonnes idées. Les paysages exotiques décrits restent globalement intéressants et la formation a certainement encore plus d’un tour pour l’avenir.