Fractal - Sequitur

03/05/2009

Par Jérémy Bernadou

Label: Autoproduction

Site:

Six ans après Continuum, leur premier album instrumental, les Américains reviennent à présent avec un disque aux titres chantés, le guitariste Josh Friedman occupant désormais aussi le poste de chanteur. Leur rock progressif assez sombre dans les parties instrumentales peut parfois devenir plus accessible : la voix chaude et assez « passe-partout » de Friedman s’adapte donc à l’ensemble, même si parfois sa voix atteint ses limites (« A Fraction of One »).

L’influence de King Crimson est primordiale, comme en témoignent les arpèges saturés de «  Ellipsis » : ces montées en puissance rappellent fortement « Fracture », le tout pour finir sur une note plus onirique. Malgré tout, Sequitur souffre de nombreuses longueurs, la faute notamment à une personnalité pas encore affirmée. Les éléments empruntés aux références des années soixante-dix sont nombreux, et bien qu’un effort est fait pour « sonner » de façon plus moderne, les dangers de l’autoproduction sont toujours perceptibles : la batterie est assez faiblarde, l’ensemble a une production brute, sans parvenir aux standards du genre donc, mais surtout sans mettre en valeur les nombreuses parties atmosphériques de la galette. Les claviers mettent en avant des sons assez datés (« Coriolis ») : le groupe semble hésiter entre deux périodes sans parvenir à se positionner de façon claire. Alors certes, le potentiel est bien là, mais les membres de Fractal ont malheureusement tendance à voir les choses en grand. Cette ambition les pousse à se lancer dans des compositions alléchantes sur le papier mais assez peu fignolées au niveau des structures.

Sequitur est hétérogène, et passe souvent du coq à l’âne en oubliant l’auditeur : le solo difficilement supportable de « Mauves » est directement suivi par le blues parodique « The Great Pain »… Difficile de percevoir une logique dans ces enchaînements mettant à mal la cohérence du disque. La suite « Churn » est finalement à l’image de Fractal : de bonnes intentions, mais un résultat malheureusement assez vain.