JPL - Retrospections

06/07/2008

Par Jérôme Walczak

Label: Quadrifonic

Site:

Ah mon petit Jean-Pierre ! Que de chemins nous avons parcourus. Némo, bien sûr, et cet extraordinaire Prélude à la Ruine ; à mes yeux le meilleur, pétri de révolte, d’ironie, d’amateurisme au sens le plus extraordinaire du terme : donner pour les autres, offrir sa musique en partage, et nous faire partir, loin, loin. Tu es là, revenu, tranquille, avec tes archives sous le bras, pour nous offrir, à nouveau, quelques expériences, quelques bribes, travaillées depuis une bonne vingtaine d’années. Beaucoup d’instrumentaux, des ambiances, une magie, un rêve, et surtout, surtout, de la sympathie, de la tendresse, de la puissance. Bien sûr, des ambiances bien reconnaissables sont on ne peut plus présentes : la fougue de Steve Vai, d’emblée (« Silence dans la Salle »), mais aussi de la douceur, et du rêve, de l’introspection, au sens le plus noble qui soit (« L’Orée », si douce et si tranquille). Se plonger dans ce disque, c’est se plonger dans l’adolescence, dans les recherches, les souvenirs, les pulsions. Voilà un disque on ne peut plus technique, pétri de guitare à la Satriani et de moments plus intimes (mes préférés). Jean-Pierre, c’est là un joli cadeau, tout y est tranquille. Ce travail, tu nous le présentes en affirmant, candidement : « Voilà ce que je sais faire, et quelque chose me dit que ça va vous plaire. » Les amoureux de la musique, oui, vous, là, qui nous lisez sans cesse, pour le meilleur et le pire, retenez une chose : ce disque est un épiphénomène dans la carrière de Némo ou de JPL, mais c’est une pierre blanche, de celles qui marquent les esprits. Que la fête continue mon petit Jean-Pierre, tu nous montres là tout ton talent, et les petites puces que tu nous mets dans nos oreilles nous chuchotent que la fête n’est pas près de se terminer ! Merci !