Textures - Silhouettes

25/04/2008

Par Jean-Philippe Haas

Label: Listenable Records

Site:

Ce n’est pas un hasard si Textures a acquis une réelle popularité en l’espace de deux albums seulement (Polars en 2004 et Drawing Circles en 2006). Le death metal hybride de ces Hollandais a en effet la particularité de pouvoir fédérer à la fois les amateurs de brutalité pure et les esthètes de l’extrême qui ne dénigrent pas quelques subtilités mélodiques et techniques. Silhouettes joue adroitement l’équilibriste entre ces deux tendances.

Sous sa facette brutale, l’album évolue dans un death metal savant et très propre, qui évoque furieusement Meshuggah par moments. Textures reste fidèle à ses guitares/rouleaux compresseurs, lourds, mid-tempo, d’une évidente efficacité (« The Sun’s Architect », « Laments of an Icarus », « State of Disobedience »). Mais le groupe n’est pas qu’une machine à produire du riff dévastateur au kilomètre. Parmi les influences qui pointent régulièrement le bout de leur nez, on trouve Devin Townsend de manière flagrante et en premier lieu dans le chant d’Eric Kalsbeek. Celui-ci enfile aussi facilement le costume de hurleur hystérique que celui de crooner mélancolique (« Awake », « Messengers »). Et puis, il a y ces murs de guitares infranchissables qui envahissent l’espace sonore, typiques de la production si particulière du canadien fou. Et si brutalité et atmosphère paraissent incompatibles à certains, ils peuvent aller revoir leur copie en jetant une oreille sur « Old Days Born Anew », « Storm Warning » ou « To Erase a Lifetime » et leurs îlots mélodiques enfouis au sein de tueries sans nom.

Avec ce troisième album, les Hollandais ont trouvé semble-t-il leur vitesse de croisière, en parvenant à un compromis (mais sans compromission !) entre hargne, technique et atmosphères. Silhouettes devrait logiquement porter le groupe vers une reconnaissance méritée.