Fredo Viola - The Sad Song

22/01/2008

Par Jérémy Bernadou

Label: Because Music

Site:

C’est grâce à Internet que ce jeune Américain s’est fait connaître. En 2006, à l’aide du titre « The Sad Song » enregistré artisanalement et doté d’un clip remarquable réalisé à l’aide d’un simple appareil photo, Fredo Viola a vite connu le succès. Sa formule très personnelle a immédiatement touché le public, prouvant que des personnes talentueuses peuvent rapidement faire sensation tout en gardant leur honnêteté. Avec cette carte de visite, Fredo Viola nous permet de patienter avant la sortie de son premier album The Turn prévue dans le courant de l’année 2008.

L’artiste met principalement en avant sa voix d’une richesse rare, simple et touchante. Souvent démultipliée grâce à la magie du studio, on a l’impression d’être face à un chœur très fourni alors que le travail provient d’un seul homme. Ce genre d’effet manque souvent de naturel, mais ici son utilisation est faite avec tellement de soin et de rigueur que l’émotion reste intacte. Il développe un style attachant et immédiatement accrocheur, sans toutefois perdre de vue la cohérence et l’intégrité artistique. Dès son premier titre, Fredo Viola a réussi à apposer sa griffe sonore. De plus, à travers une texture très soignés des atmosphères, il dévoile l’aspect electro de sa musique, qui aux côtés de ses nombreuses autres sources d’inspirations lui permet de mettre au point un langage étonnement mûr pour un premier essai. Avec un « Hogwash » au côté oriental dépaysant et un « Ether » tout aussi expérimental et méditatif, le compositeur prouve que son talent ne se résume pas au morceau qui l’a fait connaître, et qu’il a encore de nombreuses facettes de son talent à nous faire partager.

Le succès de son titre phare « The Sad Song » est ici exploité à son maximum. En effet, trois remix de cette chanson sont proposés par des artistes ayant apprécié le travail de Fredo Viola. C’est sans aucun doute le groupe Tunng qui réussit l’exercice avec le plus de succès, car la démarche va bien plus loin que celles de Roland Appel et Prinz Thomas qui se rapprochent du simple ajout d’une rythmique différente et de quelques effets discrets. En ajoutant une saveur exotique plus importante que dans la version originale, leur adaptation reste un moment fort malgré la faible durée de l’album. A part ces remix, il ne reste que trois titres pour une durée totale avoisinant les douze minutes. Bref, ce disque se rapproche plus du single que du véritable EP. Et au regard du talent du bonhomme, autant attendre son premier album qui a toutes les chances d’être aussi remarquable que les quelques minutes de cette galette. Un projet en collaboration avec Massive Attack est également prévu, ce qui laisse planer un futur très prometteur pour le jeune homme.