Ulver - Shadows of the Sun

03/12/2007

Par Jérémy Bernadou

Label: The End Records

Site:

Ulver continue son exploration de nouveaux horizons, créant ainsi la surprise à chaque sortie. D’album en album, une sensibilité différente apparaît au gré de l’état d’esprit des musiciens. Ayant commencé sa carrière discographique en 1994 dans le domaine du black metal, le groupe Ulver s’est sans cesse remis en question, expérimentant de nouvelles sensations ou revenant à ses racines par intermittence. Une évolution surprenante au premier abord, mais qui suit une logique d’immersion dans des univers musicaux typés, aussi bien oniriques que déstabilisants.

Après le précédent Blood Inside, qui laissait présager un avenir méditatif à cheval entre avant-garde et ambiances electro, on retrouve le groupe avec un nouvel album principalement axé sur des dialogues piano / voix, renforcés par de superbes arrangements dépouillés. Shadows Of The Sun baigne dans des ambiances éthérées, dont la signification profonde ne s’acquiert qu’au fil d’écoutes attentives. Il n’est visiblement pas aisé de plonger dans les paysages arides et contemplatifs que la formation cherche à faire partager.

Ces quarante minutes, d’une intensité jamais mise en défaut, sont une invitation à l’exploration d’autres sphères, à l’image de la pureté de « Let The Children Go ». Ce titre instaure une atmosphère sombre et élaborée, toujours avec le souci d’une progression mélodique simple sur le papier, mais qui prend tout son sens lors de l’exécution. Shadows of the Sun est un disque qui laisse la part belle à la méditation et à la mélancolie, des émotions complexes à mettre en œuvre musicalement mais retranscrites avec un talent certain par ces Norvégiens.

Au premier abord, certains seront sans doute surpris par le changement de cap supplémentaire, trouvant la musique trop « statique ». Mais en y regardant de plus près, les sensations qui font surface restent dans l’esprit Ulver. C’est dans la manière que le groupe innove, ajoutant à leur catalogue un disque d’une introspection rare. Cette audace va diviser les amateurs, et nul doute que certaines personnes n’adhéreront pas à cet état d’esprit si particulier. Shadows of the Sun n’est pas un disque qui s’écoute à tout bout de champ, car il faut tout de même noter que le contenu musical s’efface parfois devant le voyage émotionnel suggéré. C’est seulement en se laissant guider par notre imagination que ce disque de caractère livrera tous ses secrets. La note en devient éminemment subjective, chacun pouvant aborder l’expérience d’une manière différente, sans savoir où tout cela va le mener.