Shadow Gallery - Prime Cuts

03/09/2007

Par Jean-Philippe Haas

Label: Magna Carta

Site:

La série des Prime Cuts de Magna Carta propose autant à boire qu’à manger. Sortes de compilations regroupant les participations d’un artiste aux disques du label américain, ces objets sont avant tout destinés aux inconditionnels. Si on ne peut reprocher à Magna Carta de vouloir capitaliser sur un artiste renommé, l’intérêt de telles réalisations reste somme toute assez limité, en témoignent les Prime Cuts de Tony Levin ou Mike Portnoy qui ne contiennent rien de bien consistant. Pour Shadow Gallery, qui fut l’un des premiers groupes de l’écurie Magna Carta, il s’agit tout simplement d’une compilation, d’un Best of des quatre albums parus sur le label, agrémenté comme il se doit de quelques inédits.

Une compilation, c’est avant tout un choix de titres équilibré et représentatif. Et comme le groupe s’en est lui-même chargé, le résultat est plutôt satisfaisant. Room V est évidemment le grand absent de cette compilation pour cause de changement de label mais les qualités qui ont fait la renommée de Shadow Gallery sont parfaitement mises en valeur par la douzaine de titres choisis : harmonies vocales et orchestrations travaillées, mélodies accrocheuses, mais aussi moments de bravoure technicienne et duels glorieux. Parmi les pièces maîtresses du groupe présentées ici, on trouve les émouvants « Don’t Ever Cry, Just Remember » et « Hope For Us », les efficaces « Legacy » et « Deeper Than Life » et l’énorme « New World Order » porté entre autres par la voix de DC Cooper. Histoire de pinailler, on regrettera l’absence de classiques comme « Cliffhanger » (Carved In Stone) ou « War For Sale » (Tyranny).

Il est inutile de revenir sur la production, qui n’a jamais été le point fort de Shadow Gallery, puisque les titres n’ont pas été remasterisés. Alors y a-t-il vraiment quelque chose de neuf à se mettre sous la dent ? Deux versions edit (lire « raccourcies au format compilation ») de « The Crusher » (partie instrumentale de « Cliffhanger 2 ») et « Colors » ont été enregistrées pour l’occasion. Tirées de l’album Legacy, elle n’apportent rien de fondamental au Schmilblick. On aurait plutôt souhaité un réenregistrement des titres de l’album éponyme dont la production honteuse dessert des titres par ailleurs d’une grande qualité. « Rule The World », démo inédite tirée des sessions de Carved In Stone, constitue la seule véritable nouveauté, et il faut avouer qu’il ne s’agit pas d’une chute pâlichonne. Puissant, virtuose, rapide, varié, ce titre aurait mérité un meilleur traitement.

Pour qui ignore encore l’un des fleurons du métal progressif, cette compilation donne un bon aperçu du talent des américains. Les collectionneurs compulsifs se précipiteront bien évidemment sur ce digipack en édition limitée. Les autres ne trouveront pas dans ce Prime Cuts de quoi se sustenter en attendant prochain album.