Soft Machine - Grides

29/03/2007

Par Aleksandr Lézy

Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Site:

Attention : gros dossier que ce Grides de Soft Machine que nous sort de derrière les fagots Steven Feigenbaum de chez Cuneiform Records. Voici un enregistrement en concert datant précisément du 25 octobre 1970 au Concertgebouw d’Amsterdam aux Pays-Bas. Dernière date dans l’autre pays du fromage, elle fait partie de ces précieuses neuf dates européennes durant lesquelles Fourth (1971) allait être créé.

Soft Machine est le pendant jazz au rock de King Crimson dans la grande famille du progressif. Bref, cette chronique ne doit pas être un résumé de la carrière du groupe mais plutôt comme cette nouvelle sortie, un témoignage de ce que Soft Machine a été en live. C’est-à-dire un groupe tout simplement génial. Et ce live en est la preuve !
Lorsque certains groupes de rock à la fin des années 70 ne savaient plus quoi inventer pour renouveler leur musique, Soft Machine a pensé que le mélanger au « jazz » serait un moyen évident de donner un nouveau souffle à leurs inquiétudes créatrices. Ce live témoigne du succès de ce métissage car, certes, ce n’est pas un nouvel album malheureusement et donc pas forcément le meilleur moyen de découvrir la musique de Soft Machine, mais ce son d’époque, ces airs lancinants, ces soli de sax d’Elton Dean ou d’orgue Hammond de Mike Ratledge sur des accords de septième ou de neuvième martelés par la batterie hallucinée de Robert Wyatt et les lignes mélodiques de Hugh Hopper sont franchement un « must » dans le genre.
Il n’y a plus d’objectivité qui tienne lorsque le sens commun et l’évidence se rencontrent pour former un tel groupe. On retrouvera donc sur ce live divisé en deux sets les incontournables de la formation tels les fantastiques « Facelift », « Virtually » ou bien « Slightly All The Time » …

Le DVD, quant à lui, qui ne fait malheureusement qu’une vingtaine de minutes, apparaît comme étant à nouveau un document important pour tout fan du groupe. Il est certes très court mais démontre la force de ce groupe mythique sur scène en ce 23 mars 1971. Les morceaux choisis sont dynamiques et envoûtants, à part l’anecdotique improvisation vocale de Wyatt, même si cela fait partie de la magie Soft Machine. On voit nos quatre musiciens alignés sur une scène comme si nous assistions à une émission de télévision de l’époque. On peut y voir le matériel éparpillé de partout avec les câbles et autres jacks parcourant le sol. Et le petit plus comme toute vidéo de progressif qui se respecte, est d’avoir eu la bonne idée de nous mettre les incrustations psychédéliques en fond et double couche de l’image. Quel régal, on s’y croirait !

Voilà encore une belle archive qui s’ajoute à celles déjà publiées. Au fur et mesure que les membres du groupe s’éteignent, les différentes pièces concernant le groupe ne cessent de nous rappeler à quel point Soft Machine a tenu un rôle prépondérant dans l’univers du progressif et l’on ne peut qu’admirer la force qui se dégage aussi bien de la musique du groupe sans compter les images que des quelques minutes du DVD avec.