Magenta - The Gathering (DVD)

25/11/2006

Par Jean-Philippe Haas

Label: F2 Music

Site:

Magenta en concert ou un plaisir simple à consommer sans modération. Depuis 2001 et en seulement deux albums studio et deux EP, le groupe de Rob Reed s’est imposé comme l’une des pointures du rock progressif « classique » actuel. Après Another Time, Another Place, double album en concert qui flattait déjà l’oreille, voici The Gathering, témoignage visuel et sonore de la prestation des britanniques en terrain conquis à « The Pop Factory » le 14 mai 2005.

Et les images confirment ce que Another Time, Another Place laissait déjà largement supposer : Magenta est un groupe taillé pour la scène, et pas uniquement grâce à la charmante Christina et son timbre chaud évoquant Anneke Van Giersbergen (sur un DVD qui s’appelle The Gathering… y aurait-il corrélation ?). Le très punchy « King Of The Skies » (tiré du mini I’m Alive) et ses couleurs rock 70s ouvre un concert placé en grande partie sous le signe des Grands Anciens (Genesis en tête) et des Pas-si-Anciens-que-ça (Marillion et toute la clique néo-progressive). Le public, bien qu’assis, réagit avec enthousiasme et cette chaleur ambiante ne quittera plus la salle jusqu’à la dernière note.

A l’évidence, Magenta a voulu proposer une liste de titres particulière pour ce concert filmé. Ainsi, toute la discographie et toutes les facettes du groupe sont balayées ici, y compris Home qui n’était pas encore sorti à ce moment-là, représenté par le morceau « Demons ». Des compositions longues, très symphoniques, alternent avec des morceaux plus courts, plus directs, tirés en majorité des deux EP, tels que « I’m Alive », « Broken« » ou encore « Call Me ». Histoire de terminer en apothéose, le groupe clôt le concert avec deux morceaux de choix : le très imposant « The White Witch » suivi de « Pride », l’un des titres les plus dynamiques de Seven. L’interprétation est quasiment sans faille du point de vue instrumental autant que vocal et les musiciens prennent un évident plaisir à jouer.

Le confort visuel n’est pas la moindre des qualités de ce DVD. Les jeux de lumières ne sont pas agressifs et ne polluent pas l’image, les couleurs oscillant généralement entre le cyan… et le magenta (les deux groupes de Rob Reed… y aurait-il corrélation ?). Par ailleurs, une production moderne, dynamique, des prises de vues variées d’une qualité irréprochable (réalisées par 6 caméras) et un son 5.1 Surround, font de cette expérience visuelle et sonore un moment de pur bonheur pour qui se reconnaît dans le spectre musical balayé par Magenta.

Par contre, on ne retiendra des boni que les deux courtes entrevues de Christina et de Rob (cette dernière étant réservée à ceux qui seront capable de décoder son accent écossais à couper au couteau !). Les non anglophones quant à eux se consoleront avec le clip de « Broken », si tant est qu’ils aient besoin de se consoler après un tel concert !