IZZ - Ampersand

15/01/2006

Par Djul

Label: Doone Records

Site:

Alors qu’ils étaient en cours d’enregistrement d’un nouvel album, entre plusieurs festivals aux Etats-Unis, les New Yorkais d’IZZ ont proposé, avec Ampersand – Volume 1, un recueil d’inédits issus des sessions de l’album à venir, de I Move et de Silver of A Sun, ainsi qu’une poignée de titres en concert. Ce genre de disques se révèle souvent être un exercice dispensable où n’y figurent que des morceaux de seconde catégorie. Qu’en est-il de ce Ampersand – Volume 1 ?

Même si le disque possède immanquablement l’aspect « patchwork » inhérent à toute compilation, la qualité des titres est en revanche telle qu’elle que tout amateur d’IZZ se doit de se le procurer ! Il est impossible d’y déterminer la date de chaque composition, pour deux raisons : les notes de l’album ne l’indiquent pas (est-ce volontaire ?) et la forte personnalité du groupe dès son premier album, empêche de distinguer des « périodes » au sein de sa carrière. Ainsi, ce n’est peut-être pas une mauvaise chose que de présenter ces titres ainsi, « brut de décoffrage », d’autant que leur qualité est évidente.

Ceux qui connaissent IZZ remarqueront l’unité formée par les titres studio : ceux-ci sont assurément plus « organiques », et encore plus mélodiques peut-être. Ainsi, « Ancient Memory » et « The Bar Song » voient le groupe utiliser des chœurs, ce qu’il ne faisait que très peu auparavant sur des morceaux paisibles et psychédéliques. « Afraid to be Different » rappelle à nouveau la filiation entre IZZ et Spock’s Beard, tant ce titre très acoustique rappelle les ballades de la bande de Neal Morse avant son départ. « The Wait Of It All » propose un splendide duo entre Tom Galgano et une invité, Annmarie Byrnes, qui intervient également sur « Confusion », où le groupe propose une face plus tourmentée que celle qu’il montrait sur I Move. Notons que la propension de IZZ à utiliser des percussions électroniques est ici atténuée, au profit (enfin !) d’une batterie acoustique. Serait-ce annonciateur du son de la prochaine livraison du groupe ? On l’espère !

Quant à la partie « live », elle est tirée d’un concert pour la radio américaine The Dividing Line, à l’exception du celtique « Molly’s Jig ». On y retrouve l’un des classiques du groupe, « Razor », genesien en diable, avec la guitare furieuse de Paul Bremner, et l’excellent « Another Door », tiré de I Move. Notons l’interprétation de « Star Evil Gnoma Su », titre instrumental un peu fade et froid sur album, mais qui en concert prend une autre dimension.

Le niveau indéniable des titres de cette compilation n’est pourtant pas son meilleur argument. Son véritable point fort réside plutôt dans le fait d’avoir l’impression, sur la partie studio du disque, d’écouter un nouvel album d’IZZ et non une série de compositions sans queue ni tête. Les titres en concert sont plus anecdotiques mais offrent un autre point de vue sur la musique du groupe. Ampersand n’est évidemment pas l’album par lequel commencer pour découvrir le groupe – Move est largement préférable pour une première approche –, mais est recommandé à ceux qui sont convaincus de l’importance de cette formation pour la scène progressive actuelle !