Klaus Schulze - In Blue (rééd.)

21/05/2005

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: InsideOut Music

Site:

In Blue, publié initialement en 1995, marque après quatre ans d’absence le grand retour de papa Schulze depuis son précédent album studio, Beyond Recall. Il est parfois bon de faire des pauses, histoire de se ressourcer. Mais ce ne sont pas les nombreux enregistrements scéniques sans parler de la publication d’une bande originale de film, Le Moulin de Daudet, qui auront permis à Klaus de rénover sa musique, bien au contraire !

Avec In Blue, nous avons droit à deux cent onze minutes de musique, CD bonus compris. Un peu de statistique pour étoffer l’analyse : In Blue, ce sont deux morceaux de plus de trente minutes, quatre entre quinze et trente minutes. La moyenne par morceau dépasse les treize minutes. Sur le papier, c’est du lourd ! Sur le papier seulement : dans un éclair d’authenticité, Klaus Schulze déclare dans le riche livret de ce triple CD digipack deluxe (ouf !), qu’il n’a pas voulu remasteriser l’album parce qu’il voulait conserver ses sonorités originelles, telles qu’elles avaient été publiées en 1995. Louable attitude s’il en est, surtout pour de la musique électronique, bien connue pour la pureté naturelle de ses sons.

Et que contient donc cet album ? Rien. Absolument rien. Nous sommes devant une musique qui représente un vide affligeant. Certes, c’est tout beau, c’est tout bleu. Voici une musique new age très, très lente, doucereuse à souhait, agrémentée de petits bruits très bien produits (vous savez, les petits glissandos électroniques à la Jean-Michel Jarre qui font « wizzzzzzzzz ») et ceci pendant deux cent onze minutes. Peut-être, seule la suite « Return of the Tempel » pourrait présenter un intérêt, restreint, dans la mesure où Klaus Schulze est accompagné par l’ancien guitariste de Ash Ra Tempel, Manuel Göttsching, qui tisse quelques jolis passages de guitare, tout bleus eux aussi. Toutefois, cela ne permet pas de relever la très mauvaise impression laissée par cet album.

A réserver aux insomniaques maladifs, aux dépressifs sous médication et aux fadas de new age. Assommant.