Glass Hammer - Live at Nearfest

11/08/2004

Par Djul

Label: Autoproduction

Site:

Les fans du groupe américain font chauffer la carte bleue depuis quelques temps : après Shadowlands, le nouvel album, et Lex Live, le DVD, voici l’enregistrement du concert de Glasshammer au Nearfest, au mois de juin 2003. Ce festival nord-américain accueille chaque été la crème du progressif du continent et parfois d’ailleurs, même si l’évènement est moins international que son pendant Côte Ouest, le Progfest.

La première question que l’on se pose, et qui revient souvent lors de la sortie d’un disque live, est tout simplement celle de l’intérêt d’un tel album. La réponse, pour ce Live at Nearfest dépend du point de vue que l’on adopte. Le novice ne connaissant rien du groupe n’y trouvera qu’un best-of écorné, puisque très centré sur l’album Lex Rex ; les amateurs auront peut-être déjà le DVD et l’aspect visuel supplémentaire, ainsi que les bonus sympathiques que propose le support. On serait donc tenté de dire que cet enregistrement n’apporte aucune valeur supplémentaire. Mais un fait ne doit pas être occulté : ce concert est enregistré à la perfection et le groupe y joue comme jamais : Lex Rex n’a jamais et ne sera probablement plus jamais aussi resplendissant, ces versions surclassant en tous points leurs versions studio et celles du DVD. Ce disque s’adresse donc aux fans acharnés ainsi qu’à ceux qui veulent découvrir le groupe dans les meilleures conditions.

Revenons tout d’abord sur la qualité de la production : la prise de son est incroyablement détaillée, restituant bien plus que la version studio – pourtant correcte – la finesse des arrangements et les nombreux instruments employés. Le mixage est lui aussi proche de la perfection, de sorte qu’aucun instrument ni aucune voix ne disparaît dans l’ensemble. L’effet est tel que l’on croirait entendre une version remastérisée d’un disque enregistré en 1974 !

Quant aux titres eux-mêmes, et malgré le fait que les compositions soient restituées avec peu de divergences par rapport à leur version originale, quelques passages méritent d’être signalés. C’est un lieu commun de le dire, mais l’énergie d’un concert offre souvent un autre éclairage sur des morceaux : « Chronotheme » est bien plus enlevée que la version originale, les guitares d’Eric Parker sur « A Cup of Trembling » n’ont jamais été aussi aiguisées. De même, le groupe en son entier est à son meilleur niveau : Walter Moore et Steve Babb chantent plus justes et plus haut, de même que le trio de chanteuses qui se partagent chœurs et chant en lead. Glasshammer souhaitait être à la hauteur des attentes de son public, et a constitué une chorale d’amis pour certains titres, dont « Chronos Deliver », tout bonnement impressionnant à près de vingt voix ! La présence du public est bien plus importante que sur le DVD, enregistré dans un petit club, et les ovations massives se succèdent. Reste également une bonne surprise, avec la reprise de Kansas, « Portrait (He Knew) », et Rich Williams à la guitare. Walter Moore est décidément un talentueux chanteur, outre sa maîtrise des claviers, et assure une prestation toute à fait convaincante, proche du grand Steve Walsh !

Notons que le livret offre quelques anecdotes sympathiques, notamment sur le fait que lors des sessions studio de Lex Rex, le groupe s’amusait à enregistrer les parties les plus compliquées et chargées en plaisantant sur le fait qu’il n’aurait jamais à les jouer en concert ! Il est vrai que Glasshammer n’avait pas donné de série de concerts depuis 1997, et preuve est faite que c’était là un beau gâchis ! Voici donc une splendide prestation, préparée avec soin et beaucoup de moyens, mais qui ne s’adresse qu’à ceux que le support DVD n’intéresse pas ou aux fans ultimes, qui se régaleront de cet objet superbement réalisé.