Kemet - The Night Before

30/01/2004

Par Julien Negro

Label: Thundering Records

Site:

Fondé en 1997, Kemet était au départ une formation de metal progressif classique. Dérivant rapidement vers un doom metal proche d’Anathema ou de Katatonia, les Lyonnais gardent cependant de leurs premières expériences le goût des compositions à tiroirs. The Night Before est la troisième production du groupe, mais la première avec le label lillois Thundering Records. Si cet album n’est donc pas un coup d’essai pour Kemet, le son général et le mixage pourtant réalisé au fameux Finnvox finlandais par Mikka Jussila (Moonspell, Sentenced…), ne tiennent pas toutes leurs promesses : l’ambiance générale est assez brouillonne, la voix passant inaperçue aux côtés de guitares qui, elles, restent claires et imposantes.

Musicalement, The Night Before rappelle indéniablement les groupes évoqués, et officie dans un style qu’il nomme lui-même le « spleen metal ». À l’écoute de ces huit titres, on constate que cette étiquette lui va comme un gant : “Suicide me” ou encore le très sombre “Sister sorrow”, qui n’hésite pas à inclure quelques influences électro, proposent des ambiances noires comme jais et la mélancolie s’installe rapidement.
Mais alors que la musique, dont l’atout principal n’est pas l’originalité, remplit bien son rôle, le chant laisse de marbre. À la fois sous-mixée, monocorde et dotée d’un accent français que l’on retrouve dans beaucoup (trop) de formations hexagonales, la voix ne parvient pas à maintenir l’attention de l’auditeur. Quelques passages agrémentés du chant féminin d’Adeline Gurtner(Akin), invitée sur l’album, gagnent un peu de clarté, mais l’ensemble reste assez monotone (“Emilie’s broken heart”, “Valuable things”). Dommage, car certains titres sont envoûtants, ouvrant parfois sur des atmosphères que n’aurait pas renié Opeth.

Si Kemet n’a pas la prétention de révolutionner la scène metal actuelle, il propose tout de même un disque qui augure d’un potentiel indéniable, entre le metal français traditionnel et la scène gothique nordique. Il lui faudra cependant réaliser quelques efforts du côté de la production et du chant, éléments au maniement certes délicat, qui peuvent autant séduire que condamner.