Trey Gunn - Untune the Sky

30/11/2003

Par Julien Negro

Label: InsideOut Music

Site:

Si le nom de Trey Gunn risque de ne pas dire grand chose à certains, d’autres connaissent cependant très bien le parcours et la valeur du bonhomme. Après plusieurs années de bons et loyaux services au sein de King Crimson (qu’il vient de quitter) et pas moins de sept albums studios, voilà que le bassiste et stickiste américain vient nous présenter une compilation de ses morceaux préférés. En effet, comme il le dit lui même, les treize titres qui composent ce disque sont avant tout ses favoris, ce qui le conduit à piocher aussi bien dans son répertoire studio que dans son album live, traversant ainsi différentes époques de composition. La production reste cependant parfaitement homogène et fait finalement oublier le côté compilateur de l’album.

Les amateurs du Roi Pourpre ou ceux qui avaient apprécié les deux albums de Gordian Knot ne seront donc pas surpris, puisque c’est vers ces deux groupes que se dirige l’inspiration générale de cet Untune the sky. Alors que certains morceaux rappelleront les œuvres du premier (« Killing for London », avec Pat Mastelotto à la batterie, ou « The cruelest month ») et d’autres celles du deuxième (« The third star » ou encore le magnifique « Take this wish »), Gunn n’hésite pas à marier ces deux courants sur les titres les plus forts de l’album. L’énergique et arabisant « Sozzle » en ouverture ou bien « Puttin’ on the white shirt » et ses lignes de trompette n’auraient d’ailleurs pas dépareillé ni chez le Krim’ ni chez GK.
Le lien entre ces deux formations provient en fait de la touch guitar de Gunn, variante du stick Chapman utilisée par le musicien. Prédominant chez King Crimson depuis quelques années, mais également chez Sean Malone, principal géniteur de Gordian Knot, cet instrument envoûte avec des sonorités typiques et cristallines, entre guitare et basse en tapping. Gunn peut ainsi explorer des territoires assez peu fréquentés en matière de progressif (« Brief encounter », « The gift »), développant des atmosphères et des sonorités éthérées plus qu’expérimentales.

S’il faudra quelque temps au néophyte pour s’habituer à la musique de l’artiste, il est indéniable que, ne serait-ce que pour son originalité, le jeu en vaut la chandelle : Trey Gunn est un musicien à part proposant une musique à la fois épurée et difficile d’accès. En tous les cas, voilà un excellent hommage à une grande carrière de musicien et à un instrument encore très peu connu, qui ne demande qu’à faire des adeptes.