Violent Silence - Violent Silence

22/11/2003

Par Julien Negro

Label: Musea

Site:

On ne sait jamais à quoi s’attendre avec les productions de Muséa. Si le label français sait proposer de belles perles (Anekdoten, Anglagärd, etc), il n’est pas rare que certains disques laissent l’auditeur perplexe. Heureusement, les Suédois de Violent Silence appartiennent plutôt à la première catégorie, et ce n’est peut-être pas par hasard si la musique de ce quatuor se rapproche de celle des deux groupes sus-cités. La comparaison dépasse d’ailleurs le cadre strict de la composition, puisque même la production rappelle les standards nordiques en matière de rock progressif : simple, sans fioriture mais avec un petit côté sombre – voire Crimsonien – fort agréable.

Autre particularité de la formation, aucun guitariste à l’horizon. Comme E.L.P. en son temps, les quatre musiciens ont décidé de se focaliser sur les sons synthétiques du clavier et sur la voix de Bruno Edling qui, sans être exceptionnelle, reste parfaite dans cet exercice. Les sons de vibraphones sont omniprésents sur des titres comme “Squeal point”, “Tunnel vision” ou encore le très beau “War ant” qui rappellera indéniablement les regrettés Landberk et surtout leur chanteur Patrick Helje. D’autres morceaux se veulent volontairement plus originaux en proposant des sonorités bien plus modernes (“Dead cities”, “Shoot it in the head”), le tout mené par une section rythmique tempérée mais efficace. Généralement courts, les dix titres de ce premier album sont cependant fort bien construits et savent jouer avec l’intérêt de l’auditeur, distillant tout au long de l’album quelques passages instrumentaux inspirés du jazz rock et fort bien sentis.

Certes, Violent Silence ne chamboule rien sur la scène progressive suédoise. Il est cependant indéniable qu’il faudra compter sur ce groupe dans les prochains mois et se pencher avec attention sur son parcours musical. Amateurs d’Anekdoten, Anglagärd et autres Landberk, ne passez pas à côté de ce disque qui apporte un nouveau témoignage de la vivacité de la scène nordique.