The Jelly Jam - The Jelly Jam

11/10/2002

Par Julien Negro

Label: InsideOut Music

Site:

Née du départ de Derek Sherinian de l’excellent Platypus après deux albums, cette “confiture” regroupe les trois-quarts restants du vieil ornithorynque : Ty Tabor à la guitare et au chant, John Myung à la basse et Rod Morgenstein derrière les fûts.
La question qui dès lors s’impose est de savoir comment tout cela sonne-t-il sans claviers ? À vrai dire, étrangement. On reconnaît tout de suite les particularités qui faisaient le charme de Platypus : un bon vieux hard rock teinté d’un soupçon de progressif, aux refrains entraînants et aux mélodies simples mais efficaces. L’absence de synthétiseurs n’est cependant pas un handicap, loin de là : The Jelly Jam y gagne beaucoup et sa musique, plus épurée qu’à l’époque de Sherinian, convainc encore plus. On retrouve un méli-mélo de chœurs typiquement King’s X (Ty Tabor oblige), du jeu de batterie époustouflant de Rod Morgenstein, toujours en pleine forme, et de la basse de Myung, qui a pris l’habitude de se lâcher beaucoup plus sur ses sides-projects qu’avec Dream Theater. Notre trio de confitures nous gratifie donc de dix superbes morceaux : « Nature’s girl » et sa magnifique introduction à la guitare, le très beau « Reliving » et son refrain que vous vous surprendrez à chanter sous la douche, ou encore « Under the tree », qui clôture cet album dans un esprit un peu plus folk mais ô combien délicieux. A noter également un artwork fort sympathique, montrant pour chaque titre un pot de confiture arborant le titre du morceau sur l’étiquette.

Il s’agit donc d’un essai transformé pour ce trio impeccable, qui a su profiter de l’expérience et de la maturité de ses membres, leurs différentes inspirations et background musicaux se mariant à merveille pour nous délivrer un superbe album de hard rock. Platypus est mort, longue vie à The Jelly Jam !!!