Saga - House of Cards

01/10/2002

Par Djul

Label: Steamhammer

Site:

Voilà la première bonne nouvelle du Prog’en ce début d’année 2001 : le retour en forme des canadiens de Saga. Et quel plaisir de l’annoncer dans ces colonnes ! Saga a entre autres mérites celui d’avoir su, en pionnier, mélanger hard rock et progressif à la fin des années soixante-dix.

Le sample terminant le premier et énorme morceau « God Knows » résume bien House Of Cards : « I always had a perfect balance ». Oui, l’équilibre entre les guitares en fusion de Crichton (qui balance riffs incisifs et soli agressifs à tout-va), la voix puissante mais aussi pleine d’emphase de Sadler, les claviers à l’unisson, tous les éléments sont présents pour créer l’intérêt.
Cet équilibre, on le retrouve aussi dans le style même de Saga. L’album propose des titres nerveux, certains étant simplement les plus lourds jamais composés par le groupe (« Ashes To Ashes », ou encore « That’s How We Like It » avec son solo impressionnant de puissance et de fluidité), mais aussi des morceaux épiques (« We’ll Meet Again », qui perpétue la tradition renouée depuis 1999 des « Chapters », ces morceaux d’une même histoire distillés sur les albums de Saga depuis le début de sa carrière). Et tout au long du disque, des morceaux plus calmes, eux aussi partie intégrante du son Saga.
Ces derniers ont le grand mérite de garder une dynamique dont on se lasse difficiliement hors peut-être « Moneys Talks », morceau un peu facile. Une constante pourtant : des mélodie entêtantes, LE point fort des Canadiens porté par Crichton et Sadler. On réalise, après une dizaine d’écoutes, que Saga a sorti un album qui, à peu de choses près, aurait pu paraître il y a deux décades. Voilà de quoi descendre House Of Cards se dit-on. Et pourtant, difficile de reprocher quoi que ce soit au groupe tant la magie est là et opère, renouvelée par une production très correcte et une volonté de convaincre assez confondantes.

Pour terminer, on conseillera à ceux qui veulent rattraper leur retard discographique l’excellent concert sorti en 1997, Detours, sorte de double best-of, enregistré à l’occasion de l’anniversaire du groupe. De quoi s’occuper avec ce House Of Cards, le meilleur album de Saga depuis vingt ans !