From Mountains - From Mountains

22/06/2017

Par Vox

Label: Fluttery Records

Site: https://www.facebook.com/wearefrommountains/

L’expression Post Rock, apparue au milieu des années 90 regroupe, sous la même étiquette, des groupes dont les musiques n’ont finalement que très peu de points en commun. Entre les expérimentations de la Tortoise et le style éthéré de Sigur Rós, il y a un grand écart qui symbolise à la fois la richesse de cette scène mais aussi son manque de cohérence.

Dans ce paysage écartelé débarque un nouveau groupe en provenance du sud de l’Angleterre.

From Mountains est un quartet qui nous propose une musique contemplative aux accents très cinématographiques. Les cinq plages sonores qui composent ce premier album, éponyme et entièrement instrumental, accordent une grande importance au travail mélodique. Dans ce cadre c’est le piano de Nick Smeaton qui fait office de chef d’orchestre. Son style à la fois dépouillé et imaginatif rappelle par moment l’univers de Aaron Parks, pianiste du groupe de jazz James Farm. La délicatesse du langage du pianiste est mise en valeur tout au long de ce disque par une production parfaitement équilibrée et un son qui, dès les premières mesures, plonge l’auditeur dans une ambiance zen et relaxante.

Il y a quelque chose de mystique dans cet album ; une pulsation qui est souvent proche de celle de la vie, une musique qui parle au cœur. Dans ce contexte, le groove chaloupé du batteur Dave Lloyd apporte une vraie valeur ajoutée au disque. Son travail rappelle celui de Bryan Devendorf, batteur de « The National ». Ces deux musiciens ne sont jamais démonstratifs mais toujours décisifs dans le son de leur groupe. La section rythmique de the Mountains est le squelette indispensable sur lequel peuvent se construire les improvisations de Nick Smeaton au piano.

Au milieu de ce paysage vaporeux, la guitare minimaliste de James Summer habille parfaitement les chansons du groupe à travers des notes magnifiquement réverbérées.

Chaque musicien apporte donc sa patte au tableau qui fait, au final, de cet album un premier essai parfaitement abouti. From Mountains n’a finalement qu’un seul défaut, c’est d’arriver 10 ans trop tard sur une scène qui a déjà beaucoup exploré le genre de la musique contemplative.

On attend la suite avec impatience en espérant autant de maîtrise et un tout petit peu plus d’audace.