Bigelf - Into The Maelstrom

27/02/2014

Par Dan Tordjman

Label: Inside Out

Site: www.bigelf.com

A l’annonce de la présence de Mike Portnoy sur son prochain album, Bigelf, via son éminence grise Damon Fox, avait déclenché un mini-séisme. Que diable pouvait bien faire Mike Portnoy sur un tel disque ? Comme à chaque cas, la présence du batteur sur un album suscite curiosité, intérêt et espoir. Damon Fox comptait bien sur cet effet de surprise pour glaner quelques nouveaux fans. Mission accomplie ? Vous le saurez en fin d’article.

Dans tous les cas, la simplicité des titres d’Into The Maesltrom permet d’entendre l’ex batteur de Dream Theater évoluer aux antipodes de ses excentricités rythmiques habituelles. On est plus proche d’un Roger Taylor ou d’un Ringo Starr, que d’un Simon Phillips ou d’un Terry Bozzio. Et bien, vous savez quoi ? Çela ne fait pas de mal. Musicalement, l’influence des Beatles – « Mr. Harry McQuhae », rien que ça – est tellement présente qu’il faudrait être fou pour prétendre le contraire. Cet album respire les années soixante-dix et ses formations comme Deep Purple, Pink Floyd, ELO, Supertramp (pour les synthés) ou Queen. Plus proche de nous, on peut également évoquer le spectre bienveillant de Jellyfish.

Dès les premières secondes d’« Incredible Time Machine », nous sommes transporté. Fermez les yeux et imaginez un instant être pris dans un tourbillon psychédélique, perdurant sur le bien nommé « Hypersleep », avant d’être mis en relation avec les extra-terrestres sur « Alien Frequency ». De vertige, il sera question sur le morceau au titre idoine « Vertigod ». Vous l’aurez deviné, en écoutant Into The Maelstrom, Damon Fox vous invite à boucler votre harnais de sécurité et à embarquer pour un tour de montagnes russes. Notons, pour finir, la production « Vintage » digne en son temps d’un Roy Thomas Baker, George Martin ou Alan Parsons. Cet album est bourré de feeling puisé dans les racines du Classic Rock et du Classic Prog’, souvent nourris et nés de substances illicites. Cela vous intrigue, n’est ce pas ? On vous sent tentés ? N’ayez pas peur, franchissez le pas. Et comme le disait si bien Akhenaton : « l’illicite incite excite ». Peut-on être plus clair ?

PS : oui, nous pouvons dire mission accomplie, non, cette chronique n’a pas été rédigée sous l’influence de substances interdites.