Counter-World Experience - Music for Kings

21/11/2012

Par Maxime Lalande

Label: Phonector

Site: www.counterworldexperience.de

Une messe, voilà à quoi pourraient faire penser les premières minutes de ce disque. Les accords pompeux de l’orgue nous mettent directement dans le bain, Counter-World Experience ne fait pas dans la dentelle mais verse plutôt du côté du grandiose, du grandiloquent. Vous me direz, on en n’attendait pas moins d’une musique royale. Au-delà de la métaphore, le groupe semble prendre le titre de son album très au sérieux, nous immergeant dans un univers moyenâgeux teinté d’héroïsme ; Ainsi Music for Kings est une idée, un concept, voire parfois, un exercice de style.

Et de quel style parle-t-on? Le trio se définit comme faisant du jazz-metal. Original n’est-ce pas ? Qu’on se le dise, ces trois musiciens sont des marginaux qui ont à cœur de mélanger les genres qui les font vibrer, faisant volontiers abstraction des limites qui les séparent. Leurs dernières recherches les avaient menés à intégrer une pièce de quatuor à cordes entre deux riffs de guitare survitaminés. Pour ce nouveau millésime l’ambition reste intacte puisque un orgue (« Overture – The Coronation », « Trois Filles Du Roi »), une flûte (« Gilgamesh – King Of Uruk »), une trompette (« Tiger Of Qin ») et même des chants lyriques (« Trois Filles Du Roi ») trouveront leur place au gré des morceaux, le tout servi sur fond de guitares saturées s’il vous plait. Ajoutez à cet ensemble cosmopolite un travail soliste de qualité, de la guitare bien sûr mais aussi – et c’est assez rare pour être souligné – de la basse sur des morceaux comme « Gilgamesh – King of Uruk » ou encore « David ». On obtient alors une musique à l’allure raffinée, aristocratique même, une musique pour les rois comme nous le rappellent les titres des morceaux se rapportant à de célèbres souverains.

La palette d’inspirations de Counter-World Experience est assez large pour dispenser d’en faire l’inventaire. Le groupe dispose désormais de son identité propre faite de curiosité, de recherche, d’expérimentations, de cohérence et d’originalité. Comme c’est souvent le cas pour les musiques techniques et instrumentales, l’émotion n’est pas ouvertement recherchée, mais le plaisir d’écoute n’est pas exclu pour autant, à ceci près qu’il sera plus intellectuel que sensitif.

Moins percutant qu’à l’accoutumée il faudra laisser du temps aux compositions du trio pour qu’elles révèlent toute leur finesse. Carafez donc cet album à l’instar du bon vin de garde et de belles surprises seront au rendez-vous. La messe est dite !