Presto Ballet - Invisible Places

22/01/2012

Par Jean-Philippe Haas

Label: Body of Work Recordings

Site: www.prestoballet.com

Kurdt Vanderhoof a encore beaucoup de bien à dire sur le rock progressif de l’Âge d’Or, comme le montre ce nouvel album, collection d’hymnes homériques déraisonnablement longues à la gloire d’un genre qui en son temps a brillé de mille feux. C’est encore une fois à travers le filtre de ses plus vigoureux représentants, Kansas et Deep Purple, que le multi-instrumentiste de feu Metal Church rend son hommage enthousiaste. Quelques touches de néo-prog’ font leur apparition sur Invisible Places par l’intermédiaire des claviers, mais pas de quoi provoquer une anaphylaxie chez les allergiques à cette substance, car messieurs Hammond et Mellotron veillent à maintenir un son vintage de bon aloi, malgré une production moderne, puissante et épurée. Ce disque conserve les atouts qui avaient rendu The Lost Art of Time Travel si réjouissant : mélodies, rythme, mélodies, pêche, mélodies, bonne humeur, mélodies, passages instrumentaux lyriques sans être pompeux, et le chant typé heavy de Ronny Munroe, brillant émule de Bruce Dickinson. Digne représentant d’un hard rock progressif de luxe, Invisible Places n’est rien de moins qu’une injection de joie et de bonne humeur qui effacera le temps d’une heure toute idée noire. Cette faculté rare mérite amplement qu’on lui colle une appréciation élogieuse.