Continuo Renacer - The Great Escape

08/01/2012

Par Jean-Philippe Haas

Label: Erzebet Records

Site: www.myspace.com/continuorenacer

« Popularisé » par Watchtower, Sieges Even ou encore Cynic, le tech metal a toujours bénéficié d’un certain respect dans le milieu, à défaut de connaître un réel succès. Ses pourvoyeurs ont influencé nombre d’artistes bien plus populaires qu’eux, en défrichant des territoires inexplorés, souvent à leurs frais.

Parmi les rares groupes qui ont osé suivre le même chemin, il y a Continuo Renacer (« renaissance continue »), auteur en 2005 d’un premier album éponyme, fruit d’une lente évolution d’un death brutal vers un metal instrumental très technique influencé par le jazz. The Great Escape reprend les choses là où son prédécesseur les avait laissées. Basse proéminente, riffs épileptiques, rythmes complexes, le tout entrecoupé de moments de rêveries mélodiques, telles sont les principales caractéristiques de la musique du trio basque. Les claviers et autres sons électroniques du quatrième homme Fredi Peláez fournissent avec parcimonie arrières-plans atmosphériques et soli express. Ils contribuent en outre à contrebalancer l’empreinte sonore assez vite épuisante du triumvirat guitare/basse/batterie. Les compositions sont globalement moins aérées que sur l’album précédent, mais offrent néanmoins des séquences suffisamment contrastées, à l’image de la pièce maîtresse « The Newborn » – quinze minutes au compteur ! – pour ne pas se résumer à une débauche stérile d’effets pyrotechniques.

Dans la lignée des Dysrhythmia, Behold… The Arctopus et autres Blotted Science, Continuo Renacer propage l’onde sonique d’un tech metal de très haute volée, voué à l’anonymat mais qui comblera les fidèles d’un genre qui a déjà traversé un quart de siècle.