The Nerve Institute - Architects Of Flesh-Density

23/11/2011

Par Christophe Manhès

Label: AltRock

Site: www.myspace.com/thenerveinstitute

Voilà le candidat idéal pour faire le buzz auprès des chercheurs d’insolite. C’est qu’au tableau d’honneur de ce premier album de The Nerve Institute on trouve une signature chez AltRock — le petit le label qui monte, qui monte… —, un rock progressif dense et complexe parfaitement dans le goût du moment et — effroi ! — l’interprétation unique d’un singulier misanthrope originaire du Texas.

On l’aura compris, Architects Of Flesh-Density est un ovni musical susceptible de prendre dans son filet les auditeurs les plus sensibles à la parade. Autant s’y résoudre, il y aura toujours quelqu’un pour crier au génie devant autant de suffisance ; quelqu’un prêt à se pâmer face au long catalogue des instruments joués par ce M. Judge au pseudo un brin ridicule ; ou bien encore quelqu’un pour trouver humilité et héroïsme chez ce godillot de l’avant-prog. Mais l’usage de voies artistiques peu fréquentées ne devrait dispenser personne de se poser la seule question qui vaille : et la musique dans tout ça ?…

Située à la jonction de la noirceur de Bob Drake et de la frénésie instrumentale de Deluge Grander, celle de The Nerve Institute s’exonère malheureusement de trop de mesure pour être digeste. Entre l’enchaînement échevelé des plans sur près d’une heure et des partis pris esthétiques contestables comme la monotonie du chant et la rudesse sans âme de la boîte à rythmes, l’album donne l’impression de s’agiter dans le vide tout en se révélant incapable d’émouvoir. Au final, passé la surprise de la découverte, plus « freaks » que profond, Architects Of Flesh-Density laisse un sentiment désagréable de vacuité.