For All We Know - For All We Know

04/09/2011

Par Renaud Besse Bourdier

Label: Autoproduction

Site: www.forallweknow.net

Un projet solo du guitariste du groupe très kitsch Within Temptation, ça n’attire pas forcément l’amateur de prog. Et pourtant, passer à côté de For All We Know serait une grave erreur. Ruud Jolie a rassemblé des musiciens européens au CV impressionnant (Léo Margarit, batteur de Pain Of Salvation, Kristoffer Gildenlöw, ex-bassiste du groupe du frangin, Wudstik, chanteur pour Ayreon…) pour proposer une production musicale plutôt classique qui fait du bien aux oreilles et au cœur.

Point de metal symphonique et d’envolées lyriques comme on pourrait s’y attendre, For All We Know déverse un torrent de rock pur et dur, avec un mélange très plaisant de guitares lourdes et d’entraînantes mélodies vocales. Le premier morceau, « Blind Me  », résume parfaitement cette dualité présente sur tout le disque. Le mariage du riff agressif entêtant et de la douceur de piano est une vraie réussite, tandis que Wudstik, dont la voix se rapproche grandement de Daniel Gildenlöw, propose un chant qui a le mérite d’être accrocheur, sans être forcément transcendant. Mais c’est la section rythmique qui retiendra le plus l’attention des auditeurs attentifs : d’une précision à toute épreuve, c’est elle qui donne sa force aux compositions de Ruud Jolie.

En passant par des riffs à faire vibrer les murs (« Busy Being Somebody Else »), puis par des ballades, plus nombreuses, qui évitent les constructions trop plates et sans saveur (« Open Your Eyes » ose emprunter le style d’Opeth pour les arpèges, ou encore « Nothing More » avec Camilla van der Kooj au violon), For All We Know fait varier les plaisirs et emporte aisément l’auditeur dans son sillage. Trois pistes au cœur de l’album ne sont à rater sous aucun prétexte. Tout d’abord, « I lost myself today » avec la participation à la guitare de John Wesley (Porcupine Tree), puis le canon épique « Keep Breathing », chanté par tout une série de guest-stars (Daniel Gildenlöw, Sharon den Adel, Damian Wilson…), et enfin l’électrisante « Down On My Knees », neuf minutes d’adrénaline accompagnée de sauce piquante.

Vous l’aurez compris, For All We Know ne fait pas dans l’originalité, même si on peut le déplorer. Le résultat reste cependant un excellent album de rock progressif qui sait prendre aux tripes bien comme il faut. Attention, le groupe n’ayant pas trouvé de distributeur, le disque est uniquement disponible sur son site web.