Special Providence - Labyrinth

05/06/2011

Par Jean-Philippe Haas

Label: Autoproduction

Site: www.specialprovidence.hu

Parmi les pays de l’est de l’Europe, la Hongrie n’est certes pas aussi besogneuse en matière de plomberie ou de prog’ que la Pologne, mais elle compte tout de même quelques artistes établis comme Solaris ou After Crying. Les jeunes musiciens de Special Providence ont injecté récemment un peu de sang frais dans ce peloton de tête en publiant en 2008 Labyrinth, qui fait suite au déjà très impressionnant Space Café paru deux ans plutôt.

Les Magyars ont jeté leur dévolu sur une fusion jazz à large spectre, parfois très convenable (« Deep Smile »), parfois plus enlevée, et notamment lorsque se dessinent des affinités avec le jazz-metal de Spaced Out ou de Planet X (« Labyrinth », « Nitro-Gain »). Certains titres font preuve de moins de caractère (« Green Sun », « Free Entry Into Your Heart »), d’autres affichent leurs emprunts (involontaires ?) évidents, comme l’introduction de « Dog Power » et ses faux-airs du « Return of the Kung-Fu World Champion » d’Hiromi. Malgré cette retenue dans l’émancipation, Labyrinth, mis en valeur par une production moderne, fait preuve d’une grande unité et d’un savoir-faire irréprochable. Quasi omnipotents, les claviers de Zoltán Cséry n’éclipsent pas pour autant la présence – et parfois les prouesses – d’une guitare à tout faire et d’une section rythmique aussi à l’aise dans le groove discret que dans la débauche.

Ce deuxième disque n’est donc pas encore exempt de tout défaut, mais le groupe gagne à être connu, et en particulier pour ses prestations scéniques, d’autant qu’en 2011 sa route passera par la France (Prog Sud et Cheese Prog Event). Les malchanceux qui n’auront pu assister à ces concerts pourront par bonheur se rabattre sur l’excellent DVD Something Special.