Magnum - The Visitation

17/01/2011

Par Christophe Gigon

Label: Steamhammer / SPV

Site:

– Dans la série « groupes dont la presse rock se moque à longueur d’articles », je voudrais Uriah Heep.
– Ah, mince, je n’ai plus que du Magnum ou du Nazareth…
– Bon, je vais me rabattre sur Magnum. Magnum ? Ce ne serait pas ce vétéran britannique rescapé du milieu des années quatre-vingts dont plus grand monde ne se souvient aujourd’hui malgré leur (très) discret come-back au début des années 2000 ?
– Exactement, même qu’on n’a jamais très bien su dans quel casier les ranger les lascars à coupes mulots intégrées… Hard rock ? Rock progressif ? Rock FM ? En fait, je crois bien qu’il s’agit d’une mixture composée de tous les ingrédients proposés.
– Une soupe indigeste en fait ?
– Non, je n’ai pas dit ça. Certes, leur style, passablement daté, a dû bien faire rigoler les critiques musicaux pendant la période du grunge et du rock alternatif. En revanche, pendant « leur époque », ils ont sorti quelques albums qui ont obtenu de grands succès comme On a Storyteller’s Night en 1985 ou Wings of Heaven trois ans plus tard.
– Ah ouais, même que leurs pochettes ressemblaient comme deux Néocolors à celles de Marillion.
– Exact. C’est d’ailleurs depuis que datent ces malentendus avec le célèbre groupe de heavy metal écossais comme chacun le sait…
– Et alors, qu’ont-ils fait, leur heure de gloire passée ?
– Ils ont cessé leurs activités à l’instar de l’essentiel des formations issues des eighties. Puis ils ont attendu que leur « style » quitte sa gangue pestiférée pour oser se réinstaller dans le circuit. Depuis, pas moins de cinq disques sont sortis jusqu’au dernier en date : The Visitation.
– Et c’est quoi comme genre de miouze ?
– Bof, je sais pas trop. Une sorte de hard rock FM mâtiné de passages progressifs. Dans le genre, c’est hyper bien foutu et produit aux petits oignons même si ça ne casserait pas trois pattes à un canard.
– Bon, j’irai écouter ça quand j’aurai fini de digérer le dernier Asia.
– Entre esthètes, c’est sympa de se donner des filons…