Believe - World Is Round

03/01/2011

Par Jérôme Walczak

Label: Metal Mind Productions

Site:

Believe est au rock progressif polonais ce que les mitochondries sont aux sciences naturelles. Avec la séparation de Collage en 1996 qui a donné naissance à une portée identique de deux enfants que sont Satellite et Believe, à un tel rythme de mitose, à la fin du vingt-et-unième siècle, la Pologne devrait logiquement être totalement repeuplée de formations aussi sombres et mystérieuses. Il serait temps d’arrêter le processus. Les productions qui en découlent finissent par franchement déplaire par leur lourdeur, leur manque d’originalité et une noirceur un peu pesante qui, pas une seule fois, n’est capable de céder la place à des enluminures plus raffinées.

Ici le propos reste irrémédiablement identique, plage après plage, et s’il est évident que si les six membres de l’équipage maîtrisent leurs instruments, les déconvenues mélodiques sont trop nombreuses pour octroyer une once d’intérêt à l’objet. La recette consistant à alterner un violon léger et primesautier – mais qui nécessite de tendre un peu trop l’oreille pour s’en satisfaire – et des places de guitare aussi pénétrantes qu’une pluie d’hiver, semble hélas plus qu’éculée. Pire ! Believe a la fâcheuse tendance devenue plus que désagréable de confondre virtuosité technique et œuvre achevée. La plupart des titres aux sempiternelles alternances couplets / refrains se confondent les uns les autres.

Il semble que les Polonais soient bien incapables de sublimer leur art. Un morceau tel que « Guru », par exemple, serait propice à une montée en épingle proche de l’hypnose, mais au lieu de partir dans tous les sens avec couardise, des riffs de guitare aussi bienvenus qu’une cohorte de supporters du Bayern chez Nadine de Rotschild arrivent et coupent toute velléité d’emphase. Dans ce magma homogène, rien de bien notable pour venir percuter l’esprit et on se dispensera volontiers de nourrir plus allant la pourtant fertile branche polonaise du néo-prog.