Alaamailman Vasarat - Haudasta Lomilla

24/12/2010

Par Fanny Layani

Label: Laskeuma Records

Site:

Champions du jazz-metal-klezmer-balkanique foutraque, les furieux Finlandais sacrifient à leur tour à la mode du DVD live. Et en bons électrons libres qu’ils ont toujours été, ils se montrent incapables de faire comme tout le monde et proposent un produit monstre, hybride et intense, pour pas moins de cinq heures de contenu.

On ne présente plus cette formation incongrue, réunissant autour d’un trombone (jouant également du tuba) et d’un saxophone soprano très barbu, deux violoncelles, une batterie et divers claviers (tous plus ou moins cheap), dans un joyeux mélange, évoquant la luxure sauvage d’un David Krakauer tombé aux mains des violoncellistes d’Apocalyptica au fin fond d’un rade sordide de Sarajevo un soir d’ivresse. Bref, c’est festif et sévèrement secoué !

L’essentiel du DVD se compose d’une série de trois concerts filmés entre 2007 et 2009, à Helsinki pour les deux premiers, et à Dubrovnik pour le troisième, soit entre les sorties de Maahan et de Huuro Kolkko. Le répertoire de ces prestations retrace, comme il se doit, la carrière du groupe dans son ensemble. La qualité de l’image est souvent à la limite de l’acceptable, notamment celle du plus ancien des concerts d’Helsinki, tout comme pour celui de Dubrovnik, et le 5.1 proposé n’en est pas forcément très probant. Il faut souvent attendre les applaudissement pour se souvenir que l’on a des enceintes derrière le canapé.

Mais si le manque de moyens – renforcé par les choix parfois curieux de certains cadreurs – se fait sentir, cela ne retire rien à la qualité des prestations. Les mises en place sont impeccables, sans pour autant perdre l’énergie, et la déjante profonde du groupe ne nuit jamais à la musique. Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas : d’abord frisquet et distant lors de la prestation de Dubrovnik, il finit enthousiaste, collé à la scène et dansant à n’en plus pouvoir.

A ces concerts viennent s’ajouter quelques vidéos live captées ici ou là (jusqu’au Mexique et au Japon, tout de même) parfois de qualité assez amateur, mais qui valent plus par intérêt documentaire qu’autre chose, et des clips, petits films en noir et blanc à tendance expressionniste qui n’hésitent pas à jouer la provocation, comme au cours des trois épisodes de « Väkivalta » (violence, en finnois), mettant en scène une milice burlesque mais néanmoins fascisante, que les musiciens du groupe finissent heureusement par battre… avant de la remplacer à leur tour ?

Enfin, une série d’extras hétéroclite est proposée, dont un seul vaut véritablement le détour : « Elukka (Animal) ». Petit film d’animation d’une demi-heure, en forme de conte rustique sans paroles, nostalgique et d’une cruelle fantaisie, qui met en scène un père, son fils, leur voisine, des moutons et un loup-garou. Le making-of de Huuro Kolkko se révèle d’un intérêt tout relatif, hormis quelques images de répétition, puisque les grands discours et les délires de ces malades sont… en finnois non sous-titré, tout comme les deux compléments anecdotiques, Il carne bellissimo, nouveau (très) court métrage délirant et horrifique, dont la bande-son n’est à peu de choses près composée que de beuglements, et The Puebla Incident, prestation minimaliste de la formation en chapeaux mexicains, entre tombe aztèque et soucoupe volante.

Haudasta Lomillan, accompagné d’un plan de communication travaillé, application iPhone à l’appui, confirme ainsi la grosse réputation du groupe sur scène, et rend en partie justice à cette musique festive et dansante, sans être idiote pour autant. Avaler d’une traite les cinq heures qu’il contient expose à coup sûr à l’indigestion, ce qui en période de fêtes est peu indiqué. Mais à petites doses, c’est la bonne humeur et la pêche garanties. Voilà bien un groupe habitué aux frimas hivernaux et qui sait comment réchauffer son auditoire !