Jean-Philippe Viret - Pour

06/11/2010

Par Mathieu Carré

Label: Mélisse Music

Site:

Le contrebassiste français poursuit avec talent l’exploration tout en sensibilité du jazz d’aujourd’hui. En gardant à ses côtés ses acolytes Edouard Ferlet au piano et Fabrice Moreau à la batterie, qui l’accompagnaient déjà en 2008 sur l’impeccable Le temps qu’il faut, il se repose sur des acquis solides et surtout sur une complicité qui confine à la télépathie et permet à la formation d’exposer avec simplicité des thèmes souvent lumineux.

La continuité avec le précédent enregistrement s’avère d’ailleurs frappante, tant les mêmes qualités se trouvent de nouveau à l’honneur. Ainsi, sans réellement surprendre mais avec brio, le trio continue à faire évoluer tout en douceur des paysages souvent esquissés d’un trait, comme le fascinant « Not Yet » qui perpétue la tradition d’excellence des morceaux introductifs des albums de Jean-Philippe Viret (« Madame Loire »). Ce dernier joue de l’archet avec parcimonie et distille toujours un art cinématographique des mélodies courtes et mémorisables.

Leader sur le papier, mais surtout musicien à l’écoute de ses partenaires, l’artiste se fond au sein d’une formation mature dans laquelle son talent d’écriture fait merveille, mais sait aussi tenter quelques audaces plus rythmiques (« Page 345 », « Co-errance »). Qu’il explore préférentiellement cette direction où qu’il continue à exceller dans un jazz plus impressionniste, il restera une voix à écouter dans les années à venir.