Latte Miele - Marco Polo. Sogni e viaggi

08/07/2010

Par Christophe Manhès

Label: Aereostella

Site:

Latte Miele a construit l’essentiel de sa carrière au début des années soixante-dix. Durant cette période le groupe a édité trois disques de rock progressif symphonique pur jus, quintessence d’un style transalpin particulièrement imprégné de culture classique. La valeur artistique de ces albums va du moyen (Passio Secundum Mattheum et Aquile e Scoiattoli), au plutôt bon, mais sans plus (Papillon). Depuis, tous les vingt ans, Latte Miele semble avoir pris rendez-vous avec un public nostalgique des temps glorieux pour continuer à servir des albums concepts qui, s’ils sont fidèles aux goûts du groupe, ne révolutionnent rien. Après un Vampyrs publié en 1992 et tout à fait dispensable, voilà donc ce Marco Polo – Sogni e Viaggi d’une meilleure teneur certes, mais qu’il faudra néanmoins destiner exclusivement aux accros du genre symphonique expurgé de toute aspérité moderniste. Au point que cette longue pièce, plutôt bien produite, finit presque par prendre les atours lisses d’une de ces comédies musicales conçues pour ne jamais déplaire. En conséquence, on finit par s’ennuyer ferme. Une fois de plus, le prog italien contemporain fait preuve d’une nostalgie bien trop appuyée et se révèle incapable de redonner un relief créatif à une formule qui fit ses preuves en son temps mais, il ne faudrait pas l’oublier, avec autrement plus d’audace.