Už Jsme Doma - Jeskyně / Caves

01/06/2010

Par Christophe Manhès

Label: Indies MG

Site:

Voilà enfin des nouvelles de Už Jsme Doma. Des années que l’on attendait de cette légende tchèque au nom imprononçable (un truc comme [uʒɪsme doma]) la livraison de leur septième album. Depuis vingt-cinq ans maintenant, la renommée du groupe a largement dépassé les frontières de son pays natal pour atteindre entre autres la France, mais surtout les Etats-Unis où la formation tourne régulièrement.

Ce retentissement tient autant à l’originalité de son talent qu’à un engagement artistique et politique particulièrement courageux, pour qui connaît le contexte historique de leur pays dans les années quatre-vingts. Sur la forme, les Tchèques se sont forgé un style assez inouï. À partir d’un fond vénéneux de punk et de ska, les musiciens ont allongé leur émulsion d’une grosse louche de rock progressif aventureux qui peut être liée à la sophistication du Rock in Opposition. Už Jsme Doma a réussi spontanément la résultante impossible consistant à fusionner deux mondes ennemis : le punk et le prog ! Seuls les Cardiacs ou Étron Fou Leloublan pourraient éventuellement donner une vague idée de cette recette invraisemblable qui pourtant fonctionne à merveille !

Pour Jeskyne (Caves), le leader historique Miroslaw Wane, désormais seul aux commandes d’un navire dont son grand camarade Jindra Dolanský a quitté le bord depuis maintenant dix ans, aligne à nouveau une formation remaniée de fond en comble. Toujours d’une très grande tenue malgré les perpétuels changements de line-up, Už Jsme Doma laisse pour la première fois franchement perplexe. D’une créativité nettement en recul, ce dernier album retentit avec un son orchestral inédit, luxuriant et plus accessible que par le passé, mais pas forcément bienvenu tellement celui-ci va à l’encontre des origines rudes et populaires du groupe.

Accompagné d’une excellente prise de son, ce dernier-né résonne de manière trop homogène et américanisée, pour ne pas dire très lissée. La rage et l’invention passées se sont transformées en un savoir-faire policé qui nous éloigne de plus en plus de l’âme punk et avant-gardiste du groupe. Du coup, quelque chose d’essentiel semble s’être évaporé. Certains en profiteront certainement pour plonger enfin dans l’univers de cette formation étonnante devenue accessible. Les autres se tourneront plus volontiers vers Pohádky ze Zapotrebí (Fairytales From Needland) publié en 1995, voire, mais dans une moindre mesure, Usi (Ears) de 1999, tous deux nettement plus fidèles à l’esprit frondeur et créatif de ce grand groupe.