douBt - Never Pet a Burning Dog

07/04/2010

Par Mathieu Carré

Label: Moonjune Records

Site:

Tout commence par un clin d’œil appuyé : tel Robert Wyatt à ses plus grandes heures, Richard Sinclair se perd en vocalises superposées dès les premières mesures de « Corale di San Luca ». Le légendaire bassiste de Caravan apparait sur trois morceaux de cet album et relie symboliquement les grandes expérimentations de l’école de Canterbury, avec la violence saturée et débridée du vingt-et-unième siècle. Et lorsque sa voix s’éteint, comme dans un élan furieux, Michel Deville (guitare), Tony Bianco (batterie) et Alex Maguire (claviers) s’élancent à sa poursuite. « Laughter », puissant et hypnotique met en valeur la cohésion et le désir de s’engager du groupe, tout en puisant dans l’histoire déjà longue de la musique populaire. Les antiques machines de Maguire (Rhodes, Hammond et mellotron) s’ébrouent et envoient les décibels par wagons. Il y a une hargne, une urgence qui peuvent renvoyer aux formations électriques de Médéric Collignon (Camisetas ou Collectif Slang) dans lesquelles ces musiciens n’acceptent aucune contrainte. Le trio écorche ensuite avec brio « Over Birkerot » tiré du monumentalOdissey de Terje Rypdal, avant que la tension ne retombe quelque peu, tout comme l’inventivité dont fait part le groupe. En visitant des contrées plus axées vers le jazz-rock, douBt reste une formation douée mais moins stimulante, moins imprévisible où tout semble un peu trop construit. Never Pet A Burning Dog reste néanmoins une très agréable surprise.