Robert Calvert - Captain Lockheed (rééd.)

24/02/2010

Par Christophe Manhès

Label: Esoteric Recordings

Site:

Qu’y a-t-il de plus grotesque qu’une mauvaise blague ? A l’écoute de Captain Lockheed and the Starfighters, on se demande bien. Il suffit de prendre une louche de titres piqués dans le back-catalogue de Hawkwind, d’y ajouter deux pincées d’intermèdes pseudo-humoristiques mais surtout parfaitement gonflants puis, enfin, d’incorporer le tout à un son bien pâteux. On obtient, sortie du cerveau turlupin de Robert Calvert, chanteur de Hawkwind, une atroce tambouille space-rock qui refroidirait jusqu’à l’ardeur famélique d’un galérien.

La réédition de cette satire aura du mal à couler dans le gosier, rendu douloureux par des ingrédients ficelés sans finesse autour d’un concept particulièrement fumeux sur l’achat par le ministère des armées Allemandes, entre 1960 et 1980, de dangereux tas de ferraille volants, les Lockheed F-104 dits « Starfighter ». Il y a des concepts plus accrocheurs… Dans la forme, Robert Calvert a confondu pièce radiophonique et album de musique. De cette erreur d’aiguillage découlent de mauvaises compositions servant d’illustration à des dialogues loufoques traités avec à peine plus de subtilité qu’un sketch de Chevallier et Laspalès.

Dommage que, dans ce traquenard, se soient laissées prendre de belles pointures comme le célèbre bassiste Lemmy Kilmister (Motörheard), les membres de The Pink Fairies, Arthur Brown et, bien que non crédité, Brian Eno, qui n’a pas dû beaucoup insister pour voir son nom figurer sur un album à l’image de son visuel : mochard.