Flash - Flash

22/02/2010

Par Jean-Philippe Haas

Label: Esoteric Recordings

Site:

Au début des années soixante-dix, deux ex-Yes, Peter Banks et Tony Kaye, évincés respectivement par Steve Howe et Rick Wakeman, se lancent dans la brèche ouverte par leurs anciens compagnons. D’apparence, la personnalité de Flash n’est pas aussi affirmée que celle de la bande à Jon Anderson. Mais le jeu de guitare de Peter Banks et la voix de Colin Carter ont beau être moins typés que ceux de leurs illustres homologues, ce disque, assez proche dans l’esprit de The Yes Album (1971), contient néanmoins son lot de jolies trouvailles mélodiques. Hormis une pochette passablement racoleuse (les suivantes seront du même acabit), Flash évite les clichés – et surtout le pompiérisme – d’un progressif symphonique naissant, en leur préférant une approche plus dynamique, plus mélodique, où la dextérité n’a qu’un modeste rôle à jouer. « Small Beginnings » dévoile d’emblée la vigueur et la fraîcheur qui caractérisent l’album et sa version raccourcie (offerte en bonus sur cette réédition) connaîtra d’ailleurs un joli petit succès au Billboard. Aussi à l’aise avec la concision qu’avec les chemins imprévisibles de titres à tiroirs, Flash tient en haleine d’un bout à l’autre. La carrière du groupe sera malheureusement bien courte, et seul ce premier effort mérite que l’on s’y attarde vraiment.