Do Make Say Think - Other Truths

08/12/2009

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Constellation Records

Site:

Depuis la cryogénisation de Godspeed You! Black Emperor, Do Make Say Think est devenu l’étendard post-rock du label Constellation Records avec A Silver Mt. Zion et ses tralalas, pour ceux qui supportent encore les jérémiades d’Efrim Menuck. Toujours dans l’ombre de l’empereur, le groupe de Toronto a su se démarquer par son originalité, en intégrant des constructions de format jazz incluant des cuivres qui enrichissent indéniablement les soubassements rock de chambre (guitare, basse, batterie, violons) qui foisonnent dans le post-rock « traditionnel », même s’il reste intriguant de parler ainsi d’un genre qui signifie « après le rock ». Que devra-t-on inventer comme terminologie dans le futur ?

Pour son déjà sixième album, les Canadiens abandonnent en grande partie les passages chantés qui peuplaient You, You’re a History in a Rust. Un retour aux sources qui commence avec les titres des quatre compositions qui correspondent au nom du l’ensemble. A tel point qu’il est à se demander pourquoi le disque se dénomme Other Truths. L’inspiration se rapproche clairement du somptueux Goodbye Enemy Airship the Landlord Is Dead (2000), sans pour autant le dépasser.

L’octuor reprend les recettes qui ont fait sa force dans la première partie de sa carrière et les réarrange différemment. Le résultat s’avère toujours aussi bon et parfois très accrocheur (« Make »). Ces musiciens n’ont pas pour habitude de bâcler le travail et cette nouvelle publication le prouve à nouveau. La finesse des arrangements et une attitude exigeante et humble face à leur art permettent d’éviter bien des écueils. En revanche, et peut-être pour la première fois de sa carrière, Do Make Say Think semble prisonnier de lui-même en ne parvenant malheureusement pas à sortir d’un schéma typé. Un bon album de plus dans une carrière remarquable mais pour les amateurs de surprises, on préférera l’excellent Hapiness Project de Charles Spearin.