Ars Nova - Seventh Hell...

30/11/2009

Par Christophe Gigon

Label: Musea

Site:

Inutile de présenter le fameux power trio féminin, à la discographie longue comme un jour sans riz. Connues pour reproduire ad aeternam (et à l’identique) la musique d’Emerson, Lake and Palmer, les Japonaises ne risquent pas a priori d’appâter le chaland avec cette énième production éditée par le label français Musea. Trop entendu, trop symphonique, trop pompier, too much.

L’ensemble reste encore très démonstratif et fort peu « populaire », essentiellement instrumental et axé sur les sons de claviers analogiques d’antan qui ne révolutionnent certainement pas le Landerneau progressif habitué à plus de glamour depuis l’avènement des Tool, Porcupine Tree et autres The Mars Volta. Pourtant, et contre toute attente, Seventh Hell – La Vénus endormie propose aujourd’hui une poignée de compositions sensiblement différentes et plus accessibles (accessoirement moins désagréables) que la majorité de la production actuelle. L’apport consistant de l’excellent guitariste Zoltan Fabian, du groupe hongrois Age of Nemesis, apporte une nouvelle dimension à une musique devenue par trop répétitive et saoûlante.

Les trois jeunes femmes, par ailleurs excellentes musiciennes, ont su se renouveler à temps en proposant une musique qui tire cette fois-ci davantage vers Symphony X, Pain of Salvation, Steve Vai et consorts que ne le font leurs compatriotes peu excitants de Gerard. Cinq titres exigeants, exécutés au rasoir, qui raviront les auditeurs instruits… et décourageront les autres, comme de coutume.