[bleu] - Sincère autopsie de la finesse

27/11/2009

Par Christophe Manhès

Label: Noir Productions

Site:

Electro agrémenté d’un zeste de post-rock et de progressif, [bleu] est une entreprise de raffinerie qui distille de la poésie sonore avec la conviction des jeunes artistes épris d’absolus. Fraiche, merveilleusement diaprée, sa musique recèle, tout en étant foncièrement humble, de belles dimensions que l’on pourrait situer au carrefour des ambiances rock symphoniques de The Enid, de la musique contemporaine de Steve Reich et des touches minimalistes et expérimentales de Radiohead.

Ce premier album surprend incontestablement. Jamais mièvre, on est même étonné par la puissance de ses premiers titres dont le chromatisme implacable et entêtant empoigne sans vergogne. Le talent est là, évident, qui veut toucher le cœur et la tête. On regrettera d’autant plus que pour le dernier et long morceau, « Brumeuse », le lyrisme de [bleu] se soit empêtré dans un patchwork impressionniste de sonorités plus desséchées. Laborieux, il lui manque un fil rouge et souffre également d’une étrange balafre infligée sur son dénouement et qui atteste encore d’un petit manque de maturité musicale.

Chaque fois qu’une musique sort de l’ornière, on a la mauvaise habitude de la qualifier d’avant-gardiste. Dans le cas de [Bleu], ce serait plus qu’abuser. Précieuse et lisible, souvent forte, beaucoup devraient y trouver leur compte. Dommage qu’elle soit plus convaincante dans ses constructions dynamiques d’obédiences progressives que dans ses parties electro et atmosphériques. Il n’en reste pas moins qu’un talent évident s’exprime à travers ce disque, que l’on doit qualifier sans hésitation de Sincère autopsie de la finesse.