Beat Circus - Boy From Black Mountain

19/11/2009

Par Christophe Manhès

Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Site:

Formé en 2002, Beat Circus est un groupe de sympathiques bateleurs immergés dans une musique aux influences variées, proche de l’univers bastringue des excellents Alec K. Redfearn and The Eyesores. Riche d’un très grand nombre d’instruments, son bazar va de l’harmonium au banjo en passant par le tuba ou la guimbarde, sans oublier un chant comme sortie d’un piano hall perdu au fin fond de l’Ouest.

Troisième album et second volet d’une trilogie intitulée Weird American Gothic, cet album judicieusement illustré d’une pochette au graphisme soigné signée Carson Ellis, tente de réanimer des souvenirs fortement liés à la culture populaire américaine. Ce qui donne à l’univers imagé de Beat Circus une certaine aura. Mi-cabaret, mi-country, parfois world, il émane d’elle un quelque-chose de familier, presque rassurant, qui donne envie de plonger dans un monde imprégné par le macrocosme des grands cirques américains, véhiculant l’idée fausse d’un Ouest sauvage pareil à un champ de foire mais, en fin de compte, guère différent d’une fête foraine européenne.

Contrairement au premier album, trop décousu et dépourvu du charme auquel il prétendait, Boy From Black Mountain devrait convaincre davantage. Sans atteindre les sommets poétiques d’Alec K. Readfearn, son leader et compositeur exclusif Brian Carpenter a un peu enrichi son style simple et communicatif pour donner plus d’épaisseur à sa musique. Mais si Beat Circus ne joue pas sur la virtuosité mais sur l’évocation d’un univers simple et pittoresque, il lui manque encore une production qui sentirait bon la poussière et la cire et, surtout, ce petit supplément d’âme capable de rendre sa musique indispensable.