Liquid Graveyard - On Evil Days

21/10/2009

Par Dan Tordjman

Label: My Kingdom Music

Site:

Guitariste de feu-Cancer (célèbre groupe de death metal britannique qui a vu passer James Murphy dans ses rangs), John Walker est de retour sur le devant de la scène musicale avec Liquid Graveyard, sa nouvelle barque qu’il mène avec sa belle épouse Raquel. Depuis l’époque « cancérigène », le père Walker a mis de l’eau dans son whisky. Si la prose proposée par le couple est bien loin des canaux vénitiens et du « O sole mio », elle reste dans le fond la même. Il est à noter que c’est de la forme que vient le « changement », si l’on peut s’exprimer ainsi. De facto, les réminiscences death, metal progressif et thrash rappellent Voivod voire Arch Enemy pour la présence féminine. Si Raquel Walker n’a pas à s’agenouiller devant Angela Gossow (tant sur la plastique que sur le beuglement), la belle en a également dans la culotte et le montre dès l’ouverture d’un disque fort cohérent musicalement, même si son mode soprano est à la limite du supportable, alors que son époux s’échine à ciseler des riffs en fer forgé, que fans de Scar Symmetry ou d’In Flames période Clayman apprécieront. L’idée est bonne et l’intention louable, mais il est un adage qui dit qu’on ne mélange pas vie professionnelle et vie privée…