Biréli Lagrène - Gipsy Trio

14/10/2009

Par Nicolas Soulat

Label: Dreyfus Jazz

Site:

Si de temps en temps l’art de la reprise peut côtoyer l’inutilité la plus risible, battant au passage des records de vente et de paresse musicale, il est des artistes n’ayant plus rien à prouver en matière de composition, qui s’engagent avec passion et personnalité dans cette voie pleine de promesses pour qui sait encore réfléchir.

Bien loin des phénomènes de mode qui consistent à servir un réchauffé prévisible de chansons souvent mal choisies (il faut éviter d’effrayer les porte-monnaie…), Biréli Lagrène nous emmène tout en finesse à la rencontre de différentes personnalités, optant judicieusement pour le côté intimiste des répertoires. Avec beaucoup d’élégance et de sincérité, les univers sont revisités et offrent des interprétations variées et ce, sans abuser du swing, pourtant spécialité du chef.

Il en devient presque difficile de reconnaitre les originaux tant la maîtrise des thèmes et des placements rythmiques est redoutable. Rusé comme un Reinhardt, l’Alsacien manie avec virtuosité l’alternance des cadences et des chorus, même sur des partitions plus populaires comme « Singin’in the Rain » pourtant moins propices aux improvisations débridées. Les phrasés, indiscutables d’originalité, pourront alimenter pour quelques années le vocabulaire de n’importe quel guitariste qui désire renouveler son langage mélodique, d’autant plus que deux nouvelles créations très chaleureuses renforcent l’effervescence artistique.

Pour le quidam qui pourrait regretter l’absence relative de prise de risque, il va falloir résister aux charmes siciliens de Roberto Alagna, invité de marque du dernier titre, qui démontre une fois de plus de grandes facultés d’adaptation en épousant magnifiquement les envolées délicates composées par Sammy Cahn et Nikolaus Brodszky.