Ahleuchatistas - Of the Body Prone

07/10/2009

Par Aleksandr Lézy

Label: Tzadik / Orkhestra

Site:

En quelques années, ce petit groupe de Caroline du Nord aura débuté dans les rangs de la maison de disques locale Angura Records d’Asheville, transité par le label orienté Rock in Opposition Cuneiform Records pour finir aujourd’hui signé chez Tzadik, propriété de John Zorn ; autant dire une consécration pour un genre encore underground !

Depuis la réédition l’an dernier de The Same and the Other, qui permettait d’officialiser le deal et d’offrir un produit à d’éventuels nouveaux amateurs, Ahleuchatistas a élargi son public, développé ses concerts , jouant des Etats-Unis jusqu’en Europe en passant par la France et l’Espagne. Doit-on dès lors voir Of the Body Prone, leur cinquième album fraîchement publié, comme le résultat de cette reconnaissance fulgurante ?

Si ce trio basse-guitare-batterie a obtenu ses lettres de noblesse en pratiquant un rock instrumental sans concessions, combinant une inspiration d’écriture complexe et frasques improvisées des plus ardues, il repousse davantage ses limites en maîtrisant encore une fois son sujet sur le bout des doigts. L’aspect math-rock / punk des débuts s’oriente désormais vers une musique rugueuse au son brut caractéristique, tout en intégrant des contrastes inédits : ralentissements, passages mélodiques, etc. Shane Perlowin (guitare) et Derek Poteat (basse), rejoints par le nouveau batteur Ryan Oslance, plus calme que Sean Dail, procèdent en développant des morceaux moins expéditifs, moins précipités. Les structures sont allongées et le groupe prend son temps sur les tempi.

« Ah-loo-cha-tees-tas », ainsi le prononce-t-on, s’adapte à la ligne artistique de sa nouvelle écurie en empruntant certaines caractéristiques des groupes qui s’y épanouissent. Leur évolution respire une musique de plus en plus réfléchie et contrôlée, tout en gardant une apparence proche de ses origines : ligne de conduite qui n’empêche pas les Américains d’imaginer moultes circonvolutions inventives. Moins radical qu’à ses débuts, Ahleuchatistas propose une production léchée et sensiblement contrastée, la maturité lui permettant d’exposer un corps de moins en moins décharné !