Jerseyband - Beast Wedding

15/09/2009

Par Jean-Philippe Haas

Label: Autoproduction

Site:

Dans la galaxie fort encombrée des artistes qui fusionnent tout, et souvent n’importe quoi, Jerseyband occupe une place de choix. Cette bande de pervers musicaux prend en effet un plaisir sadique à mélanger le jazz le plus cuivré et le metal le plus extrême. Les riffs caverneux et collants sont ainsi l’œuvre non pas d’une guitare en mode tronçonneuse mais d’un trio de saxophones à l’haleine méphitique. Une trompette inquiétante et une section rythmique à la légèreté de rhinocéros complètent un orchestre qu’on verrait bien animer un mariage de morts-vivants. Par la grâce des instruments à vent, Jerseyband conserve dans sa mixture une chaleur mélodique et une sophistication de bon aloi malgré l’utilisation assez systématique du rouleau compresseur. Mais surtout, ces grands malades de musiciens ne se prennent guère au sérieux, en témoignent le livret et les paroles hurlées (assez irrégulièrement, et c’est tant mieux) par Brent Madsen. La formule a sans doute ses limites et l’avenir dira si Jerseyband en a fait le tour, mais en attendant, le disque réussit le tour de force de ne pas proposer deux fois le même titre. Une marche funèbre épileptique succède à une digression que n’aurait pas reniée Zappa ou à la bande originale d’un film d’horreur, le tout avec l’arrogante évidence et l’originalité qui caractérisent un disque dont on se souviendra longtemps.